Celle qui n’y arrive pas..

En matière de cuisine, il y a des règles et des rituels propres à chaque famille.

Dans mon cas, mon éveil à l’art culinaire remonte à mes quinze ans environ, je pense qu’avoir vu régulièrement mes parents se succéder aux fourneaux devait m’inspirer confiance. Il émanait d’eux quelque chose de serein et de divinement doux : la commissure des lèvres à peine relevée témoignant d’une satisfaction certaine pour ce qui se déroulait dans la marmite, le regard brillant et fier quand les odeurs souhaitées sortent enfin de la cocotte. L’envie de me mettre à la cuisine tient finalement à ces petits détails.

Toujours est-il que, dans ma famille, avant de pouvoir prétendre être “bonne cuisinière” et reconnue en temps que telle aux yeux de tous, il y a deux-trois petites choses à savoir faire d’abord. “Attends cocotte, tu crois quand même pas qu’on va te filer la médaille sans faire la course ?”

Ces “petites choses” sont notamment la langue de bœuf “façon maman”, les pâtes à tarte maison, la bûche de Noël, le pot-au-feu, la béchamel, les œufs gribiche et autres réjouissances du genre.. tout un programme n’est ce pas ?

Pour ma part, l’observation, l’application à la lettre des recettes et les années aidant m’ont permis de passer haut la main toutes ces “épreuves” [genre on est dans Koh Lanta tu sais !].

Alors vous me direz, je dois être fière de ça, fière de savoir que mon père ou ma sœur me laisse l’accès à leurs cuisines sans mots dire, mon statut de bonne cuisinière valant son pesant d’or. Ma réputation me précédant.

Et bien presque… mais pas tout à fait. car j’ai une faille.

Oui.
Il y a une chose que je ne parviens pas à réussir. Un truc qui me fait rager quand je constate que, cette fois encore, ce n’est pas bon. Un truc super simple pourtant.

Ce truc, … c’est la mayonnaise !
JE N’ARRIVE PAS À FAIRE LA MAYONNAISE !?!?!!

Nan mais, je veux dire, ´chui capable de te sortir des plats et des desserts de dingos mais une mayonnaise, rien a faire !

Alors je vous laisse imaginer ma vexation ultime et suprême quand le Barbu, le plus naturellement du monde, a monté, devant moi, une mayo en deux-deux hier soir [ashtag je vais le tuer].

En mode “mais regarde chérie, c’est super simple..” : ouai ouai c’est super simple, la preuve, je n’y arrive pas ! [lecteur, si tu entends mes dents grincer a ce moment précis c’est normal].

Bref, je dois bien l’avouer, je suis “une quiche” en mayonnaise, et je dois péniblement avouer que je suis tout bonnement écœurée de voir que d’autres y arrivent sans difficulté.

Alors vaincue, tel un soldat qui n’a plus d’énergie, je rends les armes, je capitule, j’encaisse le choc : oui, je suis la fille qui n’y arrive pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *