De-la-culture #7

De-la-culture #7

Elle, c’est Laurence Rasti. Photographe.
Suissesse d’origine iranienne, elle a la chance de disposer d’une double culture, riche et diamétralement différente.

Son truc c’est de comprendre la puissances des genres au travers des codes et coutumes définis par nos sociétés. Des choses les plus simples aux plus trash ; l’incompréhension, le rejet, l’intolérance.

Et c’est justement tout le propos de son expo du moment, au Centre Quatre à Paris, dans le cadre du “Festival Circulation”.

Avec une sensibilité toute particulière elle aborde une problématique de taille en Iran : l’homosexualité. Ou plutôt, le refus de voir exister cette homosexualité en vertu des lois appliquées dans ce pays. Laurence Rasti nous prouve par l’image comment ces homosexuel(le)s parviennent à exister sans pour autant se montrer.

Alors que l’homosexualité est passible de la peine de mort en Iran, elle redonne un visage a tous ceux qui ont fui leur pays, par peur, et aussi dans l’espoir de vivre libre ailleurs.

J’ai personnellement été autant bouleversée que séduite par son travail, que je trouve remarquablement bien réalisé, touchant dans son esthétique, et inquiétant dans son propos.

Je vous recommande chaudement d’aller faire un tour par le Cent Quatre dans les jours prochains. D’autres jeunes talents de la photographie y exposent également et ce n’est que pur régal !

“Il n’y a pas d’homosexuels en Iran”
au Centre Quatre, 106 rue d’Aubervilliers, 75018 Paris. Entrée libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *