photo tétines

Le catalogue incomplet (#baby project)

Quand tu achètes ou te procures un catalogue, en général, tu t’attends à y trouver certaines informations susceptibles de te faire acheter le ou les produits en question. Des informations du genre : dimensions, matière, prix, avis client éventuellement et toutes autres données pouvant aiguiller le consommateur néophyte que nous sommes parfois.

Ca, c’est à peu près ce que nous nous attendions à trouver dans le catalogue Orchestra avec le Barbu hier..   Et oui, pour celles et ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux, vous avez pu voir qu’hier soir nous étions en train de faire connaissance avec cette « bible de la puériculture » (dixit une copine).catalogue

Globalement, « cette bible » est plutôt bien pensée : traitée par rubrique rigolotes intitulées « Bon appétit« , « c’est l’heure du bain »  ou encore « en route !« , il y a un code couleur par rubrique ce qui permet aux moins doués d’entre nous de toujours s’y retrouver parmi les 400 et quelques pages.

Jusque- là tout s’annonçait bien, nous commençions à prendre nos repères et pouvions enfin commencer à nous faire une idée de ce qu’il faut acheter et donc du budget à consacrer à tout ce matos indispensable..

En fait, tant que nous étions sur les fringues et le petit matériel de puériculture, ça allait encore .. mais l’exercice s’est corsé d’un coup lorsque nous avons du passer aux pièces plus lourdes : cosy, chaise haute, transat, etc.. D’un seul coup, plus moyen d’avoir la moindre idée du prix de chacun de ces trucs ! Nan mais sérieux, vous m’expliquez le concept du catalogue si on ne voit même pas les prix dessus ?!!?

photo siege auto photo chaise haute

 

 

 

 

 

 

 

C’est comme dans les restos gastro, tu ne vois pas les prix sur les cartes de menus tant ils sont exhorbitants c’est ça ? Ils ne mettent pas les prix parce qu’ils craignent que les gens ne viennent pas en magasin ensuite ? Non ? C’est quoi l’idée ?

Nous voilà donc bien avancés, on repère des choses mais on ne sait pas combien cela va nous coûter … arf … il va donc falloir aller en magasin distributeur pour voir les « bêtes » en vrai, demander conseil et donc prendre le risque qu’un bon vendeur nous aiguille vers toute autre chose de bien plus chere encore (c’est leur mission me direz-vous), et puis comparer en allant voir dans un magasin de la marque.

Nous qui pensions gagner du temps … on s’est bien plantés je vous le dis !

Donc les catalogues sans prix, c’est Non Merci Madame !!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *