Mélanger les genres (#baby project)

Décidément, cette grossesse réserve des surprises même dans les tâches ménagères les plus basiques. 

Ce matin en préparant mon sacro-saint tri de linge à laver {oui mesdames messieurs, je sépare le blanc des couleurs vives ainsi que le noir. Non je ne crois pas aux pubs vantant les qualités de leurs produits magiques qui « séparent les couleurs » tout seul !}{cette précision faite, nous pouvons poursuivre} je suis tombée en émoi face à cette pile de vêtements. 

Non pas que des vêtements sales m’émeuvent particulièrement, mais il se trouve que ce matin, j’avais sous les yeux la chemise du Barbu, de taille adulte donc, et dessus, un petit body de bébé. Si petit. Si minuscule presque. Cette vision m’a littéralement attendrie au point d’en avoir presque les larmes aux yeux. Car même si en ce moment je peux chialer pour pas grand chose – la faute aux hormones je présume – cette fois-ci c’est simplement le fait de me rendre compte de cette différence. 

Ce gap entre les tailles. Ce mélange des genres. Grand versus petit. 

Me rendre compte que dans notre panier à linge il y avait désormais de tout petits vêtements. Me rendre compte que dans quelques mois un petit bonhomme entrera dans notre vie. M’imaginer que dans quelques mois aussi, j’en aurais certainement marre de tous ces petits bodys à laver sans cesse. Mais que dans la seconde qui suit, je sourirais probablement bêtement en voyant ces mêmes bodys. 

 

Il y a une autre évidence aussi qui m’est venue à l’esprit : quand se sont TES vêtements, sous entendu ceux de ton enfant, ce n’est pas du tout le même sentiment que lorsque tu en offres à tes amis pour leurs chères petites têtes blondes. Évidemment tu te mets en quête de l’ensemble le plus choupi de la terre lorsque tu leur fais ce cadeau. Mais ce n’est pas le même sentiment. Lorsque tu achètes un vêtement pour ton bébé, il se trame un truc spécial dans ta tete ; un mélange de joie immense et d’amour intense. Tu regardes, tu touches, tu juges, tu examines sous toutes les coutures l’objet en essayant d’imaginer bébé dedans. 
 

Et puis finalement tu en viens à te perdre dans l’imaginaire. À penser à ce petit bonhomme avec son papa, à ce qu’il sera, ce qu’il aimera ou n’aimera pas. Ca, tu n’y songes même pas quand c’est pour l’enfant de tes amis. Mais pour le tien, si. 

Et tout ça juste à la vue d’un petit body tout mignon, tout petit. 

C’est bien le mélange des genres. C’est beau. Ça fait un bien fou à l’esprit et au coeur. Et j’imagine que ce n’est que le début … car des petits vêtements il en reste encore pas mal à t’acheter petit bébé ❤️.  

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *