Quand trop d’infos tuent l’info

Y’en a marre !

Avez-vous remarqué chers lecteurs que depuis quelques mois, quelle que soit la chaîne télé regardée et quelle que soit l’heure, on nous inonde de reportages “plus vrais que nature”, “au coeur de l’action”, “nous dévoilant les secrets des professions les plus risquées au monde”, etc, etc.

J’ai pu constater l’accroissement notable des reportages sur la police, les gendarmes, la BAC, les services des Douanes, le GIGN, les camps militaires et tant d’autres encore 

Sans rire, je n’en peux plus de tous ces reportages et ne peux m’empêcher de me demander pourquoi les directeurs de programme s’entêtent à nous passer ce type de documentaire, à la mode du “en veux-tu-en-voilà”.

C’est un fait, ce type de programme intéresse du monde [à commencer par la majeure partie de mes amis masculins d’ailleurs qui vouent une admiration sans limite à ces reportages, et sont comme lobotomisés à la vue des premières secondes de ces émissions], on pourrait croire qu’ils ont été stratégiquement placés à des heures d’audimat élevé pour captiver le plus de monde possible, mais non. C’est tout-le-temps ! Le soir, la nuit, le samedi midi, le samedi soir, les redifs la nuit .. tout-le-temps je vous dis !

Nous aurons ainsi pu accompagner Robert, policier depuis 20 piges à Babelwed les oies (mégalopole très connue en France) dans une enquête plus que passionnante sur le voleur d’artichauts de la commune, Henri – 50 ans doté d’un accent tellement prononcé que la chaîne aura décidé de sous-titrer ses propos pour être certaine que le public comprenne ce qu’il nous raconte, suivre des bidasses à peine sortis des jupes de leurs mères dans un camp d’entrainement pour devenir super militaire au crâne rasé, ou encore Guillemin, mec body-buildé qui travaille pour la douane et adore plus que tout au monde dépouiller un camion en espèrant y trouver 300 kgs de came.. [bah oui vous n’avez pas remarqué qu’à chaque fois qu’un reportage sur ces professions est réalisé on trouve toujours de la drogue, on parvient à résoudre des affaires, et surtout on met en marche la machine propagande, qui, a priori, fonctionne pas mal chez nous les Français]

Bref, à trop vouloir nous informer on nous désinforme en fait,  puisque on finit irrémédiablement par confondre les trucs qu’on a vu dans l’un de ces 300 programmes diffusés par semaine. Personnellement je ne suis pas du tout intéressée par tous les secrets de ces professions, et même si la plupart du temps les visages de ces protagonistes, ou devrais-je dire “héros d’un jour”, sont floutés et que l’on prend le plus grand soin à maquiller leur voix, on finira quand même par savoir qui ils sont et je trouve ça vraiment malsain.

Alors HALTE à tous ces programmes qui nous montrent l’envers du décor, on sait qu’ils ont des métiers dangereux, on sait que ce n’est pas facile pour eux tous les jours et on sait qu’ils risquent leurs vies .. mais bon… on ne va pas en faire des caisses non plus !

Pour moi ce sera “Non merci Madame”, je n’aime pas ces programmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *