img_7679-3

La transformation #3 : le drame capillaire 

Ah elles sont nombreuses mes copines déjà mamans ! Elles ont aussi un détail esthétique qui leur est commun à toutes : leurs coupes de cheveux avant et après leurs accouchements.

À chaque fois que je m’extasiais de leurs nouvelles têtes capillaires {à base de « waouuuu mais comme ça te va super bien ! » ou encore « Oulala t’es belle avec cette coupe ! »}, elles ne tardaient jamais vraiment à me confier « oui, je n’ai pas eu le choix après l’accouchement » … hum hum .. En novice que j’étais, j’avoue ne jamais trop avoir compris cette remarque jusqu’à ce que MOI AUSSI je fasse les frais des hormones qui jouent aux montagnes russes dans ton corps, et dans le cas précis, dans tes cheveux !

Avant d’avoir bébé, mes cheveux étaient de supers potes ; dociles, brillants, répondant à la moindre de mes exigences en étant légèrement bouclés naturellement ou tenant bien l’effet « baguette de tambour » lorsque je les lissais. Bref, se coiffer était un vrai kiff et sans l’ombre d’un nuage à l’horizon. 

Et puis les choses ont commencé à changer durant ma grossesse. Les jolies boucles ont disparues au profit d’un très léger mouvement wavy pas franchement joli. La brillance naturelle {tu sens la nana qui se la pète ?} a définitivement fuit mon cuir chevelu {préférant aller je-ne-sais-où d’ailleurs}, et puis surtout, SURTOUT je perdais vachement de cheveux à chaque lavage… Et là c’est l’angoisse car tu te dis qu’à ce rythme tu finiras chauve et que tu auras une tete degueu à la maternité quand tes proches feront des photos de toi et de ta progéniture (NB : en vrai, tu auras de toute façon une sale tête .. donc avec ou sans cheveux peu importe !).


J’ai donc sorti l’artillerie biologique lourde en prenant soin de respecter une routine capillaire simple : masque a l’huile végétale, shampoing bio et pas de séchage au sèche cheveux. Résultat ? Des cheveux qui poussaient super bien .. mais terminé pour moi le temps des cheveux frais, détachés et légers au vent .. Aléa jacta es ! Me voilà repliée dans une basse routine capillaire à base de queues de cheval, de chignon fait à l’arrache ou tout autre pseudo coiffure rapide et bâclée visant à cacher mon désespoir chevelesque (non, ce mot n’existe pas. Inutile de regarder sur Google). Je peux vous dire que ma super coiffeuse en a eu des sueurs froides lorsqu’elle me croisant dans la rue ! Et malgré ses multiples tentatives je me refusais d’aller la voir. À quoi bon à près tout ? Une coupe de cheveux sympa lorsque tes cheveux ont la vivacité d’un poulpe échoué et séché au soleil..

Et puis bébé vient au monde. Tes hormones sont encore un peu en vrac (tout comme ta tête et tes cheveux d’ailleurs), tu ne prends pas une minute pour toi dans la mesure où chaque demi heure de sommeil de bébé est exclusivement réservé à ta propre sieste (question de survie), et ton drame capillaire s’accentue .. sauf que tu n’as plus vraiment le temps pour l’observer ou t’en plaindre.

Heureusement, un beau jour tu te réveilles devant le miroir, tu scrutes cette masse située sur le haut de ton crâne communément appelée cuir chevelu, tu vois bien que seule tu n’y arriveras pas et tu te dis qu’aux grands maux, les grands remèdes : TU VAS ALLER VOIR TA COIFFEUSE. 


Le miracle n’aura pas lieu car elle n’est pas magicienne, bien qu’experte en la matière. Pour ma part j’ai eu droit à un super soin « ultra intensif » (mais non chimique) de plus de 30 minutes de pose pour raviver un peu l’éclat et la fibre de ma chevelure … pour finalement opter pour une coupe courte. Allez hop, on taille dans la masse, on désépaissit, on coupe, on sculpte, bref on redonne vie à mon visage via les millions de cheveux qui surplombent ma tête.

Alléluia ! Nous y Voila. Après plusieurs mois de « coupe qui ressemble un peu à n’importe quoi mais que tu t’en tapes tant toute ton attention est prise par ton ventre énorme », tu retrouves une tête normale, des cheveux normaux, et tu peux définitivement penser que ce drame capillaire est derrière toi, tout comme cette grossesse finalement.
A présent, ta vie de jeune maman se fera sans élastiques ou pinces à chignon dans les cheveux… Car désormais c’est à toi que tes copines disent « whaaaaa mais comment t’es bien avec les cheveux courts ! » 

Le pouvoir du rhassoul

Dans la continuité des soins 100% bio et 100% efficaces, on se parle aujourd’hui d’une argile absolument formidable ; le rhassoul (également appelée « Ghassoul »)

Commençons par un peu de culture si vous le voulez bien. Originaire du Maroc, cette argile est issue des volcans du Moyen Atlas. On dit de cette argile qu’elle est la « terre qui lave ». On dit aussi d’elle « qu’elle est douce et miraculeuse ».

Utilisée par les marocaines depuis plusieurs siècles déjà, cette argile est devenue au fil des années un incontournable des soins réalisés en hammam. Et l’on comprend rapidement pourquoi ! Contrairement à plusieurs autres argiles ou savons, le rhassoul ne contient pas de tensioactifs, ce qui signifie qu’il nettoie en douceur, en absorbant au passage impuretés et graisses tout en respectant le film hydrolipidique de votre peau ou de vos cheveux.

Côté compo, il ne contient que des bonnes choses telles que du silicium, du fer, du magnésium  et plusieurs oligo-éléments qui ne peuvent faire que du bien à nos fibres capillaires ou cellules épidermiques. Concrètement, la rhassoul resserre les fibres du cheveu et lui apporte brillance, tout comme il adoucit, régénère et rééquilibre les pores de la peau, en profitant même – au passage – pour gommer les cellules mortes et réguler l’excès de sébum {oui mesdames, parfaitement !}

Perso, je l’utilise au moins 2 fois par mois sur mes cheveux et sur mon visage. le principe est simple, je mélange cette argile en poudre (j’utilise celle de chez Aroma Zone) à de l’eau minérale jusqu’à obtention d’une pâte lisse et homogène. Ensuite j’applique au pinceau sur mon visage, puis généreusement sur mes cheveux. Je laisse poser entre 15 et 30 minutes à chaque fois. Ensuite je réhydrate le tout avec de l’eau (car tout sera tellement sec que vous ne pourrez même plus parler !) et je rince soigneusement. L’astuce beauté supplémentaire pour vos cheveux est d’ajouter à l’eau de rinçage un peu de vinaigre de cidre (pour éliminer le calcaire) et du citron (pour décupler l’effet brillance).

Vous l’aurez compris, cette argile miraculeuse est un inconditionnel de votre salle de bain. Facilement stockable et très peu chère, elle a encore de beaux jours devant elle et continuera de faire des merveilles !

J’ai testé pour vous #15 : le shampoing sec Aussie

Que celui ou celle qui n’a a jamais connu l’angoisse du « cheveux-gras-flemme-de-les-laver-de-toute-façon-ca-se-verra-pas-sauf-que-si-ça-se-voit-et-que-tout-le-monde-t’a-grillé » lève la main et le proclame haut et fort !

Personne ?
Nous sommes bien d’accord.
Nous avons toutes et tous connu cette situation au moins une fois dans nos vie trépidantes.

Je viens à votre rencontre avec la solution au problème. Solution nommée « Aussie », nous venant tout droit d’Australie, pays où la marque rafle la totalité des prix consommateurs et autres labels « produit de l’année ».

Avant de vous vanter les mérites de ce produit, je tiens d’abord à vous préciser qu’en matière de shampoing sec, je suis plutôt exigeante dans la mesure où j’en ai déjà testé un graaaaaand nombre {oui, je suis une feignasse du shampoing 3 fois par semaine, et admets sans trop de difficultés que me passer de l’un des trois dans la semaine me va très bien}.

Les shampoings secs et leurs promesses en tous genre fu type « chevelure de rêve », « donnant l’impression que l’on sort de chez le coiffeur », « donne volume et vigueur à vos cheveux », j’en ai lu beaucoup, allant de déception en déception à chaque fois. Je finissais toujours par être énervée par l’aspect cartonné de ma crinière, pire encore, les centaines de particules blanches déposées par le produit après usage {genre tête infestée de pellicules !!}.

Bref. Ce produit là, c’est un VRAI shampoing sec, un produit qui fait que tes cheveux, comme par magie, sont d’un seul coup tout propres – en apparence – ce produit-là fait très bien la blague.

Promesse inscrite sur l’aérosol ? « élimine l’excès de sébum pour que vos cheveux retrouvent leur vitalité en quelques minutes ». Promesse tenue. Produit testé et laaargement approuvé par moi-même et par Le Barbu {oui, je l’embarque parfois dans mes tests cosmeto.. Bah quoi ? Plus on est de fous, plus on rit non ?}

Ce must-have coûte moins de 10€ et peut facilement remplacer une dizaine de shampoings. Croyez-moi, l’essayer c’est l’adopter, tant il est efficace et rapide 👍🏼

Dans la tête d’une fille.. qui arrache son premier cheveu blanc

Chers lecteurs et lectrices, l’heure est grave. Très grave même. Il s’est produit ce que chacun, ou plutôt chacune d’entre nous redoute dans sa vie.

Mon 1er cheveu blanc !

Bon ok, vu sous un angle purement rationnel, l’arrivée de ce “cheveu” – ou plutôt ce déchet de cheveu vieux et BLANC – n’est pas foncièrement grave. Je veux dire par là que ça ne va pas bouleverser la face du monde. Mais sous un angle esthétique c’est autre chose !

Figurez-vous que ce traître, ce néant, ce pollueur, cette immondice était nichée sur le sommet de mon crâne, au point culminant, le zénith de ma tête. Il trônait, là, bien en évidence, aux vues et sus de tous.

C’est en me brossant les dents un soir [oui, l’hygiène buccale est très importante pour moi. Comment ça on s’en fout ?] que je me suis aperçue d’un reflet lumineux inhabituel dans ma chevelure. Toujours armée de ma brosse à dents savamment coincée entre mes dents, je m’attarde sur ladite luminosité, la scrute .. et horreur ! M’aperçois que c’est un cheveu non pas brillant, non pas blond non plus, mais blanc.

Blanc comme la vasque d’un lavabo, blanc comme du tip-ex, blanc comme le blanc d’un œuf. Blanc quoi !!

Nan mais Ho ! Il se passe quoi là ?
Imaginez le choc visuel et émotionnel .. Le premier choc de ma toute jeune vie de trentenaire.

C’est étrange mais ma première réaction fut de l’arracher vite fait et de vérifier que le Barbu n’avait pas assisté à cette scène. [Heureusement non]. Je me sentais gênée, presque honteuse même. C’est fou de ressentir ça quand nous n’y sommes pour rien.

Vous vous doutez que je me suis empressée de faire des recherches sur internet pour comprendre. Compte rendu de mes lectures : le cheveu devient blanc en raison de la kératine qui ne se renouvelle plus, la kératine étant au cheveu l’équivalent du sang ou de l’oxygène pour l’homme. Sans elle, le cheveu meurt et devient blanc. Plus la personne vieillit et plus la kératine galère à se renouveler et plus on a de cheveux blancs donc. En bref, ça signifie juste qu’on devient vieille !

J’aurai pu déprimer, me rouler par terre de désespoir, hurler, pleurer, mais j’ai choisi d’être optimiste car dans mon malheur j’ai pu infirmer une légende : non, ne poussent pas 10 cheveux blancs lorsqu’on en enlève un.

Cette bonne nouvelle me ravie car je n’ai pas l’ombre d’un “petit frère” qui s’installe dans le coin depuis..

.. Et ce sera ma victoire personnelle !

J’ai mis de l’or dans mes cheveux

J’ai mis de l’or dans mes cheveux ..

Parlons peu, parlons bien.
J’ai depuis quelques semaines un article en stock et je me disais que ce serait pas mal de vous en parler maintenant.

Il s’agit d’un article ayant pour thème les cheveux. Ou plus exactement, les soins que nous apportons à nos cheveux.

Mais, pourquoi maintenant me direz-vous ?

Peut-être parce qu’à cause de ce temps disons, spécial, vous ne serez pas contre une astuce de taille vous aidant à maîtriser votre crinière rebelle dès qu’une once d’humidité pointe le bout de son nez .. Je me trompe ?

Ne croyez pas à tort qu’il ne s’agit que d’une affaire de “filles aux cheveux longs”, que-né-ni ! Figurez-vous que les coupes courtes, aussi, rencontrent ce type de soucis [mention perso : OMG, je ressemble à un bichon mais en mode passage à la tondeuse très frais !!].

Le petit miracle dont je vais vous parler, puisqu’il s’agit VRAIMENT d’un produit miraculeux, c’est “Forme Fatale” de chez Kerastase.

En plus d’un packaging fort gouleyant, ce “gel de brushing voluptueux” est une petite innovation en la matière, en effet, il s’applique sur cheveux humides (et propres, c’est mieux) et se fond entièrement à la masse capillaire au séchage … Sauf que là, le brushing tient trois à quatre jours sans retouches !! En fait c’est comme si vous fixiez la forme du cheveux au contact de la chaleur du sèche cheveux. [on dit “ooooh”, on dit “aaah”, on dit “waouu”]

Cela fait quasiment un mois que je l’utilise et je ne cesse de remercier mon adorable – et très sexy – coiffeur de m’avoir conseillé cette merveille [je me demande même pourquoi il a attendu aussi longtemps avant de m’en parler ?!]

Il faudra quand même mettre la main au porte-monnaie mesdames, la bête coûte la bagatelle de 18€, mais comme on dit, “quand on aime, on ne compte pas”. Plus encore, vous verrez que cet investissement sera laaaaargement rentabilisé, si si, vos cheveux vous diront merci !

Quant au titre de cet article, vous aurez bien évidemment reconnu un fragment de chanson de la belle Dalida, dont le coiffeur devait d’ailleurs connaître un équivalent de ce produit, pour preuve la chatoyante chevelure qu’elle a toujours arboré.