31838

Envies modesques

Ce qui est cool quand on est enceinte, c’est que l’on fait un ENOOOORME tri dans son dressing. Bah oui, rapport que l’on ne va pas tout mettre sous boite ou compactor, non, on sélectionne, on donne, on jette aussi. Bref, on fait de la place ! (je vous rassure, il y a d’autres moyens de faire du tri dans son armoire que d’attendre un bébé … heureusement)

Ce qui est doublement cool après la grossesse, c’est que comme-on-a-super-bien-fait-le-tri-il-y-a-six-mois, et bien on a plein de place dans son armoire maintenant … et en plus, comme on a retrouvé sa ligne d’avant bébé (dans mon cas), on peut recommencer à lorgner sur les jolies choses qui se préparent dans les collections de printemps été 2016. (#3615 youpi !)

Et comme on ne se refait pas, je suis allée voir « direct » sur le site de Comptoir des Cotonniers ce qui se tramait un peu côté modesque (oui ce mot n’existe pas)(et alors ??!).

Fruit de ma récolte webesque (non, celui-là non plus il existe pas !) et de mes coups de cœurs :

29461   29503

29615   31471

31838   31884

29834   29961

31180   32019

Beaucoup de rose tendre, de douceur, du chapeau, du jean, du bleu qui pète, de l’imprimé, en somme quasiment tout ce que j’aime … manque plus qu’une fringue à pois pour que le tableau soit complet tiens !

Et vous, vous avez repéré de belles choses ?

jain noir et blanc

Crush musical #7 : Jain

La première fois que j’ai vu cette toute petite bonne femme, c’est sa tenue vestimentaire qui m’a d’abord interloquée … avant d’entendre sa voix. Sapée comme une sorte de nonne des temps modernes, à la différence qu’à ses pieds s’affichent des baskets dernier cri, Jain se contente d’un look sobre et un makeup simple .. complétement aux antipodes de l’énergie vocale que déploie la jolie brunette.

A ce propos elle précise d’ailleurs « Cette robe n’a pas grand chose à voir avec ma musique, elle est là pour illustrer un contraste entre mes chansons, elle détonne par rapport à ma musique qui est chaleureuse. Je voulais aussi à tout prix éviter le cliché de la chanteuse guitare/voix qui fait du reggae. » (Source Wikipédia)

jain_presse_0123-600x600

Je suis certaine que vous avez déjà entendu l’une de ses chansons – qui sont déjà un succès – passer à la radio ou sur l’une des nombreuses chaînes télé de clips musicaux. Âgée seulement de 24 ans, je prédis un avenir ultra successfull à la demoiselle, avis largement partagé par la profession et le public à en croire les Victoires de la Musique 2016 que je matais encore hier soir à la télé, et qui l’ont nommé dans la catégorie « Album Révélation » de l’année. Ne pas avoir remporté ce titre n’entache en rien l’immense talent de Jain, dont nous allons entendre parler très souvent dans les mois à venir, j’en suis sûre.

Son univers musical et graphique est extrêmement soigné et son mentor Yodelice n’a finalement pas eu grand chose à faire pour lancer sa pouliche, à l’exception peut-être d’être son parrain aux Victoires et à bousculer un peu sa timidité en la conviant en studio sur Paris à ses tout débuts… histoire de peaufiner un peu son premier album, mais également en lui offrant toutes ces premières parties afin de gagner en notoriété. Presque rien quoi {humour}. D’inspirations multiples telles que Otis Redding, Tuppac ou encore Salif Keita, ses chansons contiennent un brin de mélange des genres qui en font des ritournelles rythmiques absolument entêtantes.

Jain flowers

Côté artistique, Jain recouvre de dessins ses instruments, le décor de ses concerts, ou encore ses chaussures, amenant une réelle dimension esthétique à son univers. Ses clips ne sont pas en reste non plus avec une recherche poussée et pointue des détails, toujours dans le but de montrer qu’en dépit de son jeune âge, sa créativité est en parfait accord avec son identité. Loin d’être une midinette qui pousse la chansonnette, Jain nous offre un vrai kiff auditif tant dans les teintes de sa voix que dans ses choix rythmiques.

Bref, encore un vrai crush musical, aussi bien pour les sons que pour la personnalité de cette nana. Et histoire de vous faire une opinion vous aussi, je vous mets les liens de ses clips – chansons que je préfère 🙂

 

Nakamarra-Hiatus-Kaiyote

Crush musical #6 : Haitus Kaiyote

Crush musical qui en vérité n’est pas récent mais dont j’avais très très très très envie de vous parler, histoire de vous faire découvrir l’univers musical de ce groupe australien : HIATUS KAIYOTE.

Originaires de Melbourne, ce quartet est mené par la chanteuse et guitariste Nai Palm. Ne vous fiez pas aux looks très « personnels » et quelque peu improbables de cette nana, car sa voix est diamétralement en opposition à ce que reflète son apparence ; de la douceur, un slow vibrato juste comme il faut, et un léger tiraillement qui se fait parfois entendre lorsqu’elle entame des notes aiguës.

Au final on trouve assez peu de choses quand on part en quête d’infos sur le groupe mais on apprend néanmoins qu’ils se sont formés en 2012, qu’ils aiment particulièrement les chansons de Stevie Wonder qu’ils trouvent « enthousiasmantes », ou encore qu’ils ont été nominés au Grammy Awards en 2013 dans la catégorie ‘Meilleure Performance R&B’ pour le morceau Nakamarra, qui, de vous à moi est de loin mon morceau préféré de leur album « Tawk Tomahawk ». 

 

C’est bien simple, à chaque fois que j’ai besoin de me ressourcer, me calmer, je me passe ce morceau et c’est quasi instantané, je souris dans les secondes qui suivent et tout semble apaisé, tranquille.

Le groupe n’est encore jamais venu jouer en France à ma connaissance, et c’est bien là mon malheur car j’adorerai les voir sur scène et ressentir cette quiétude jazzy qu’ils transmettent au travers de leurs chansons. C’est vraiment drôle comme parfois les looks sont en total contradiction avec les voix et le style musical, la preuve une fois de plus que l’habit ne fait pas le moine !

2595_HiatusKaiyote luke david kellet

Classifié dans la catégorie « néo soul », le groupe est composé de Nai Palm (la chanteuse donc), de Paul Bender (bassiste), Perrin Moss (batteur, percussionniste) et de Simon Mavin (pianiste & synthé). Je parviens difficilement à vous énoncer toutes les influences et genres musicaux présents dans leurs morceaux tant les références sont nombreuses. Pour autant je ne peux que vous inviter à découvrir ce groupe dont les morceaux sont en écoute gratuite sur soundcloud par exemple…

Vous verrez, il y a quelque chose de magique avec les Hiatus Kaiyote .. comme si vos soucis s’envolaient à mesure que la chanson passe dans vos oreilles ..

 

 

Crush musical #4 : Paradis

Si cela fait maintenant quelques années que les chanteurs et chanteuses de pop hexagonaux osent à nouveau le français, on ne pouvait pas en dire autant des musiciens électroniques… du moins jusqu’à Paradis.

Simon Meny et Pierre Rousseau se sont rencontrés dans une teuf à Saint-Germain-des-Prés et n’auraient pas pu mieux choisir leur nom. Après une formation classique, les deux compères font un détour par le punk et le hip-hop à l’adolescence avant de tomber dans le bain de l’électro.

image

Le cœur de Paradis c’est la house.

Doucereuse et belle-bizarre, elle rappelle toute la musique qu’a pu produire Versailles, Air et Saint-Michel en tête. Simon et Pierre ont pourtant un autre amour : les “sweet songs“, qu’on a envie d’appeler des variétés si le terme ne charriait pas autant de connotations négatives. Paradis écrit et chante sur tous ses morceaux, quand il ne reprend pas carrément La Ballade de Jim d’Alain Souchon dans une version deep complètement inédite.

La force simple des textes suffit à suggérer un romantisme léger. il suffit d’entendre le refrain de Je m’ennuie (“Elle sortait le jour, je préfère la nuit. On se voyait le jour, du coup je m’ennuie“) pour s’en convaincre. Et que dire de la si nostalgique et jazzy « Sur une chanson en francais« , définitivement mon coup de cœur complet et fou pour le groupe ! ❤️

La variété de Paradis, astiquée à coups de boucles tendrement indescriptibles, n’a plus rien de désuet. Aussi modernes que délicats, le duo ré interprète les traditions hexagonales à l’ère synthétique.

C’est le dj et animateur radio new-yorkais Tim Sweeney qui les découvre et les signe en 2011 sur son label Beats In Space. Il aura donc suffit d’une poignée de remixes et de seulement deux Eps pour que la rumeur enfle, confirmée aujourd’hui par le titre « Garde le pour toi, » sorti il y a quelques mois et désormais incrusté dans notre playlist estivale.

L’excellente nouvelle testè encore que ce titre précède un Ep qui sortira en octobre chez Barclay, preuve qu’on est pas les seuls à avoir été séduits…

Source : Les Inrocks

Crush musical #3

Crush musical #3 : PARCELS

Aujourd’hui on vous fait découvrir une musique d’une profondeur inégalée, d’une voix absolument transcendante.

J’espère que vous êtes confortablement installés, car Parcels va vous transporter vers un autre monde. Un monde où le beat n’est pas une basse mais un mouvement d’aiguille d’horloge.

Parcels est né de la réunion de 5 musiciens talentueux, d’environ 18 ans. Et pourtant ils n’ont plus rien à prouver au regard de la complexité de leurs chansons.

En effet, Parcels c’est avant tout une histoire de passion : une formation de jeunes musiciens australiens plein de talent, mais surtout d’influences et de styles variés, entre synth-pop & funk.

“Clockscared EP” est sorti en Mars, et on peut rapprocher le style à celui de Jungle ou encore Kindness, notamment avec des titres comme “Herefore”. On l’aura bien compris, même à leur âge les musiciens de Parcels sont déjà empreints de l’angoisse du temps qui passe, ne laissant que peu de choses derrière lui.

C’est avec un titre comme “Clockscared” qu’on peut entrevoir l’originalité du groupe: entre voix lente et suave, solo de guitare puis de saxophone pour achever cette œuvre tout en douceur qui vous fait l’effet d’une caresse.

“Away” by Parcels : https://soundcloud.com/parcels-music/awaysoul on #SoundCloud

“Clockscared” by Parcels : https://soundcloud.com/parcels-music/clockscared-1 on #SoundCloud

Source : Délicieuse Musique

Crush musical #2

Crush musical #2 : Pascale Borel, le concentré de douceur musicale

Je suis tombée par hasard sur cette artiste en écoutant l’un des {très nombreux} albums achetés chez mon disquaire préféré ce weekend {et oui, Disquaire Day oblige 😃}.

L’oreille tendue mais pas forcément super attentive à ce qui tournait dans les enceintes, j’ai tout à coup été renversée car captée par la petite musique légère et la voix douce d’une chanson “Oserai-je t’aimer” de Pascale Borel.

Comment vous expliquer ce qui se produit dans ces cas-là. Cessation immédiate de l’activité en cours. Oreilles complètement pluggées sur le son. Cerveau en effervescence pour écouter les paroles qui stimulent l’eargasm naissant.

Et puis le sourire se hisse sur mon visage, mon corps entame un léger balancement dansant {signe évident que j’aime cette chanson}, ma tête devient légère, légère .. J’écoute les paroles et m’imagine tellement bien ces deux-là se parler, se séduire en rêvant l’un l’autre de l’Italie et de ses splendeurs.. en forçant un peu le trait parfois, ce qui rend l’histoire tendrement drôle et naïve :

“Tou sais, tou sais que je soui aussi oune grande producteur, que jé sais dire moteuuur {elle : menteur !}. Et en plousse, que jé aussi oune belle voitoure rouge {elle : oui..}, décapotable {elle : ah bon ?}. Si tou veux, si tou veux Qué tou viennes avec moi là-bas, à l’italia, que jé té montre Firenze, Roma i Verona i la Toscana..”

Je ne peux que vous recommander ce petit extrait condensé de douceur, qui va si bien avec la météo du moment et l’attente calme mais impatiente de l’été.

La chanson sur YouTube c’est par ici :
http://youtu.be/ICwOr6ljO-M

Crash musical #1

Crush musical #1

En Australie il n’y a pas que des kangourous et Kylie Minogue. Il y a aussi un jeune talent du son.

Son nom : Jordan RAKEI
Sa particularité : auteur, compositeur, interprète, musicien & producteur
Ses influences : D’Angelo, Dwele mais également Chet Faker {ah ouai quand même !!}.

Complètement soulful, son second EP est une véritable pépite. Une voix déjà largement connue sur les ondes puisque Jordan a notamment posé sa voix sur l’excellent titre “Learn to Fly” du frenchie FKJ {autre crush musical de l’année 2014}.

Multi instrumentiste au coeur tendre, l’émotion et les Inspirations de chacun de ses morceaux font de ce second mini album un réel must have à détenir dans sa bibliothèque musicale.

Je vous recommande chaudement d’écouter les tracks suivant “Selfish”, “Alright” et “Hope”. Une pépite je vous dis !!

Jordan Rakei Hope
http://delicieu.cluster013.ovh.net/j112661165

Jordan Rakei Selfish http://delicieu.cluster013.ovh.net/j95474742

Jordan RAKEI, “Groove Curse” signé chez Soul has no tempo label.

Blue + Green + Gold

Blue, Green & Gold

En matière de bijoux et accessoires d’apparat je suis exigeante, intransigeante, voir même un peu chiante..

Les quelques objets qui parviennent à intégrer ma boite à bijoux sont souvent de la même marque, marque elle-même soumise à toute une batterie de tests valant accès éternel dans ma vie {ne faites pas les étonnées, j’ai bien précisé précédemment que j’étais exigeante}.

Une fois assurée que ledit objet du désir est nickel free et qu’il ME correspond parfaitement en terme de forme/couleur/alliage/taille, je fonds généralement assez vite 😃.

A ce jour je ne compte dans mon coeur que 3 marques pour lesquelles j’ai régulièrement des coups de coeur et qui me donnent entière satisfaction tant elles sont remarquablement, et en tous points, formidables.

Les sus-nommées sont  :
– “Mlle Emm.a & les p’tites Paulettes”,
– “Swatch”,
– “Agatha”.

Enfin tout ça pour vous dire qu’hier j’ai eu un méga crush pour une partie de la nouvelle collection Agatha. Rapport que le bleu et le vert déclenchent chez moi une irrépressible envie d’été, que le mélange de matière est ultra abouti et que l’esprit très boheme me plait/m’a plu/me plaira encore !

❤️ love it ❤️