img_7679-3

La transformation #3 : le drame capillaire 

Ah elles sont nombreuses mes copines déjà mamans ! Elles ont aussi un détail esthétique qui leur est commun à toutes : leurs coupes de cheveux avant et après leurs accouchements.

À chaque fois que je m’extasiais de leurs nouvelles têtes capillaires {à base de « waouuuu mais comme ça te va super bien ! » ou encore « Oulala t’es belle avec cette coupe ! »}, elles ne tardaient jamais vraiment à me confier « oui, je n’ai pas eu le choix après l’accouchement » … hum hum .. En novice que j’étais, j’avoue ne jamais trop avoir compris cette remarque jusqu’à ce que MOI AUSSI je fasse les frais des hormones qui jouent aux montagnes russes dans ton corps, et dans le cas précis, dans tes cheveux !

Avant d’avoir bébé, mes cheveux étaient de supers potes ; dociles, brillants, répondant à la moindre de mes exigences en étant légèrement bouclés naturellement ou tenant bien l’effet « baguette de tambour » lorsque je les lissais. Bref, se coiffer était un vrai kiff et sans l’ombre d’un nuage à l’horizon. 

Et puis les choses ont commencé à changer durant ma grossesse. Les jolies boucles ont disparues au profit d’un très léger mouvement wavy pas franchement joli. La brillance naturelle {tu sens la nana qui se la pète ?} a définitivement fuit mon cuir chevelu {préférant aller je-ne-sais-où d’ailleurs}, et puis surtout, SURTOUT je perdais vachement de cheveux à chaque lavage… Et là c’est l’angoisse car tu te dis qu’à ce rythme tu finiras chauve et que tu auras une tete degueu à la maternité quand tes proches feront des photos de toi et de ta progéniture (NB : en vrai, tu auras de toute façon une sale tête .. donc avec ou sans cheveux peu importe !).


J’ai donc sorti l’artillerie biologique lourde en prenant soin de respecter une routine capillaire simple : masque a l’huile végétale, shampoing bio et pas de séchage au sèche cheveux. Résultat ? Des cheveux qui poussaient super bien .. mais terminé pour moi le temps des cheveux frais, détachés et légers au vent .. Aléa jacta es ! Me voilà repliée dans une basse routine capillaire à base de queues de cheval, de chignon fait à l’arrache ou tout autre pseudo coiffure rapide et bâclée visant à cacher mon désespoir chevelesque (non, ce mot n’existe pas. Inutile de regarder sur Google). Je peux vous dire que ma super coiffeuse en a eu des sueurs froides lorsqu’elle me croisant dans la rue ! Et malgré ses multiples tentatives je me refusais d’aller la voir. À quoi bon à près tout ? Une coupe de cheveux sympa lorsque tes cheveux ont la vivacité d’un poulpe échoué et séché au soleil..

Et puis bébé vient au monde. Tes hormones sont encore un peu en vrac (tout comme ta tête et tes cheveux d’ailleurs), tu ne prends pas une minute pour toi dans la mesure où chaque demi heure de sommeil de bébé est exclusivement réservé à ta propre sieste (question de survie), et ton drame capillaire s’accentue .. sauf que tu n’as plus vraiment le temps pour l’observer ou t’en plaindre.

Heureusement, un beau jour tu te réveilles devant le miroir, tu scrutes cette masse située sur le haut de ton crâne communément appelée cuir chevelu, tu vois bien que seule tu n’y arriveras pas et tu te dis qu’aux grands maux, les grands remèdes : TU VAS ALLER VOIR TA COIFFEUSE. 


Le miracle n’aura pas lieu car elle n’est pas magicienne, bien qu’experte en la matière. Pour ma part j’ai eu droit à un super soin « ultra intensif » (mais non chimique) de plus de 30 minutes de pose pour raviver un peu l’éclat et la fibre de ma chevelure … pour finalement opter pour une coupe courte. Allez hop, on taille dans la masse, on désépaissit, on coupe, on sculpte, bref on redonne vie à mon visage via les millions de cheveux qui surplombent ma tête.

Alléluia ! Nous y Voila. Après plusieurs mois de « coupe qui ressemble un peu à n’importe quoi mais que tu t’en tapes tant toute ton attention est prise par ton ventre énorme », tu retrouves une tête normale, des cheveux normaux, et tu peux définitivement penser que ce drame capillaire est derrière toi, tout comme cette grossesse finalement.
A présent, ta vie de jeune maman se fera sans élastiques ou pinces à chignon dans les cheveux… Car désormais c’est à toi que tes copines disent « whaaaaa mais comment t’es bien avec les cheveux courts ! » 

images

L’attente (#Babyproject)

Alors voila. Nous y sommes. C’est la dernière ligne droite. Le moment où tous tes proches t’appellent tous les 2 jours pour savoir comment tu vas, si tu te sens bien, si tu tiens le coup, si tu ressens des signes annonciateurs d’accouchement, ou encore si tu supportes les 9 kgs que tu as essentiellement pris dans le ventre.

Le moment de l’attente est venu. Patienter. Jour et nuit. Jusqu’à ce que notre petit d’homme se décide à venir.

C’est très étrange comme sentiment quand j’y pense ; depuis que j’ai appris que j’étais enceinte, je n’ai cessé d’avoir ce petit bébé en tête, depuis des mois, je l’ai imaginé, fantasmé. Je lui ai parlé. J’ai chantonné des airs de musique que j’aimais bien en me disant qu’il entendrait. J’ai mangé plein de fruits et de légumes frais en me disant que cette alimentation était « surtout » pour lui, pour son bien être. J’ai essayé de tout faire pour le mieux car je n’ai que lui en tête.

Depuis presque 9 mois déjà.

images

Et dire qu’au tout début de l’aventure tu es super impatient à l’idée de savoir qu’il va falloir attendre des mois avant qu’il ne se forme. Et dire qu’au tout début tu scrutes ton ventre chaque jour en espérant voir le moindre changement. La moindre rondeur. Et à présent ton ventre est bien rond. Tu t’y es complètement habituée d’ailleurs. Finalement tu t’aperçois que tout est passé tellement vite.

Sentir que ce mini être humain se développe en toi et qu’à chaque mois qui passe tu ressens de nouvelles choses. De nouvelles sensations. De nouvelles émotions. Ressentir tout cela durant tant de temps et se dire qu’à présent il peut arriver à n’importe quel moment.

On y est. C’est pour bientôt. Ce mélange d’impatience folle et de trouille profonde aussi. Quel bordel dans ta tête ! L’impatience de le tenir dans tes bras, de le toucher, de voir ses si petits yeux et petites mains. En avoir les larmes aux yeux rien qu’en y pensant.

Et puis avoir la trouille aussi, parce que c’est le premier bébé et que je ne sais pas du tout à quoi m’attendre pour mon accouchement. Que je me pose des centaines de questions auxquelles personne ne peut répondre.  Parce qu’il faut le vivre pour savoir, pour comprendre.

Se dire qu’on ne s’était pas vraiment mis la pression pour préparer sa chambre parce qu’on « avait le temps » alors que depuis un bon mois on y passe un temps fou. Limite on ne pense plus qu’à ça ! On check encore et toujours le matos, les sacs pour la maternité, en passant forcément par des questions bassement techniques du genre « est ce qu’on aura assez de couches pour le début ? La table à langer, on la met dans quel sens ? Et les langes, on les laisse sortis ou on les mets à portée de main ? Et les boîtes doseuses de lait, on en aura assez tu crois ? »

Bref, c’est maintenant, à quelques jours tu terme, que l’on se rend compte qu’il aurait peut être fallut ne pas être aussi cool .. juste pour ne pas être aussi stressés maintenant 🙂

Et puis il y a aussi les autres questions, celles qu’on ne se pose qu’à demi mot parce qu’on ne veut pas que l’autre croit que l’on est pas confiant, celles où on s’interroge mutuellement sur le « Tu penses qu’on est prêts ? Tu crois que tout va venir naturellement ? Est-ce qu’on saura bien faire ? Est-ce que je vais avoir l’instinct maternel immédiatement ? » Ces questions là, et tant d’autres encore, elles surgissent souvent le soir quand on est au calme. Ces questions là, on essaie de les expurger pour ne pas qu’elles envahissent nos esprits, on essaie d’en rire, ou simplement d’en parler pour dédramatiser le tout. Et puis surtout, on y pense ensemble, pour se sentir plus fort encore. Pour s’entrainer l’un-l’autre vers une spirale positive dans laquelle le doute et la peur n’ont pas de place.

 

Donc voila. On y est.

Tous les rendez vous, les prises de sang, les prélèvements, les prises de tension, les examens, les monitorings et tutti quanti sont passés. Il n’y a plus rien de prévu jusqu’au terme. Plus de médecin, de sage femme ou de gynéco à voir. Plus d’allers retours et d’attentes interminables à endurer. Plus « de planches d’étiquettes » à faire imprimer à la maternité. C’est bel et bien terminé. Je suis tellement chamboulée que je ne parviens même pas à savoir si j’en suis contente ou si j’en suis rendue à ressentir de la nostalgie {ashtag complètement barrée la nana}

On m’avait prévenue, on m’avait dit « profite de tout ce temps, il passe si vite que tu ne te rends compte de rien et hop, te voila avec ton petit bébé dans les bras ».

Comme toutes ces personnes avaient raison,

Comme ces 8 mois 3/4 sont passés à la vitesse de l’éclair,

Comme je n’ai rien vu passer,

Et comme j’ai hâte de te rencontrer petit bébé,

Mais pour l’heure je vais t’attendre. Patiemment. Et continuer de nourrir cet amour in utéro si intense, en parlant encore et toujours de toi avec ton papa

dressing

La mode quand tu es enceinte (#citations et états d’âme)

Ce matin je regardais l’émission « Les Maternelles » sur France 5 {il faudra d’ailleurs que je vous parle de mes nouvelles addictions aux chaines tv depuis que je suis enceinte .. attention ashtag culture pendant la grossesse quoi !}

Mounia – une chroniqueuse de l’émission – m’a bien fait marrer en soulevant un point que j’ai également pu constater à titre personnel concernant la mode lorsque tu es enceinte, elle a dit la chose suivante :

« Dans la vie de tous les jours, quand t’es pas enceinte, tu as le choix entre plein de looks différents : rock, glamour, vintage, etc … mais quand tu es enceinte, tu n’as qu’un seul look au choix : le look femme enceinte … et moi qui bosse dans la mode ça me fait bien flipper ! »

Autre citation de choix :

« Quand je vais regarder les magazines et la télé, je vais voir que plein de stars sont super lookées alors que moi j’alterne entre mes 2 uniques pantalons de grossesse et la chemise de mon mec ! »

Alors, oui Mounia tu as bien raison, être un minimum lookée/sappée/swagguée est un réel exercice de style durant sa grossesse, sans compter sur le budget colossal à débourser dans la mesure où BIZARREMENT tous les vêtements estampillés « grossesse » affichent un tarif majoré d’environ 20% comparativement aux fringues « normales ».

dressing grossesse

Bien évidemment, H&M Mama et toutes autres grandes enseignes de distribution telles que Kiabi deviennent tes amis si tu veux pouvoir entrer dans un pantalon ou fermer une chemise sans débourser 1 000€ pour autant, n’oublions pas non plus notre ami Ebay ou Le bon Coin qui sont des mines d’or pour acquérir de nouvelles pièces pas chères et finalement peu portées par les propriétaires précédentes… mais bon, au final, ton dressing a considérablement réduit de taille à mesure que ton ventre, lui, en prend au contraire.

Ne parlons pas de la galère des chaussures … aaaaah l’épisode du « tiens je mettrais bien des bottes avec cette robe« , sauf que dans la vraie vie, tu ne parviendras à enfiler ces bottes qu’au bout de 15 minutes, après maintes contentions plus ou moins douloureuses. Et tout ça pour finalement te rendre compte au bout de 20 minutes qu’avec tes jambes et tes chevilles qui enflent, et bien tes bottes tu ne vas pas les supporter bien longtemps ! Personnellement j’ai trouvé quelques solutions : les low boots sans lacets et sans fermeture éclair, les moonboots quand il fait froid et les slippers. Dans tous les cas, le côté pratique a pris le pas depuis bien longtemps sur l’esthétisme, laissant ainsi au placard bon nombre de jolies paires de chaussures que j’affectionne tant.

Pour autant je pense que les mots « mode » et « grossesse » ne sont pas incompatibles, mais il faut soit être suffisamment bien lotie côté porte monnaie pour se faire plaisir durant 9 mois, ou suffisamment rusée pour dénicher les bons plans et autres ventes privées sur le net.

Bref, on ne se démoralise pas et on fait avec ce que l’on a, car n’oublions pas : la mode c’est avant tout un comportement, un état d’esprit. Yves Saint Laurent le disait d’ailleurs très bien :

 » Avec les années, j’ai appris que l’important dans une robe est la femme qui la porte »

L’appli des futures mamans (#baby project) 

Salut les girls ! 

A l’aube du week-end qui s’annonce et du temps libre que nous allons avoir durant celui-ci, je voulais vous parler d’une application pour smartphone {je le fais juste avant le week-end pour vous permettre d’y jeter un Oeil.. pas folle la fille, vous notez}

Cette application c’est « Doctissimo Grossesse » 

  
Découverte il y a maintenant plusieurs semaines, cette application s’adresse – comme son nom l’indique – aux futures mamans en train de vivre leur grossesse. 

Dans un article précédent je vous disais ne pas vouloir être sur-informée sur cette grossesse, que je préférais la vivre. Oui. Ok. Sauf qu’il y a quand même 2 ou 3 petites choses qui jalonnent ces 9 mois et qu’il est de bon ton de connaître. Et c’est bien en ça que cette appli est top ! Loin d’être moralisatrice ou donneuse de leçons, vous retrouvez chaque semaine un condensé d’infos qui vous sont proposées en fonction de l’état d’avancement de votre grossesse. 

  

Entre petites notes de spécialistes de santé, conseils avisés et vidéos. Toutes les infos dont on a besoin à cette étape-là sont en ligne. Mais vous allez me demander comment l’appli réalise ce petit miracle ? Facile, une fois téléchargée, vous notez simplement la date de début de grossesse et zou ! Le reste se met en marche tout seul. Magie magie (technologie oui !)

 
Le menu de l’appli est très simple  et se parcoure facilement. Il vous offre plusieurs petits items sympas comme par exemple le suivi de la courbe de poids, le calendrier avec les dates et examens importants à réaliser, des cours de fitness ou de yoga spécial « maman » avec une prof enceinte elle-aussi, ou encore un dico spécial grossesse, une aide à la recherche des prénoms : 

   

  


Et le must selon moi {ce n’est que mon opinion}, se sont les rubriques « évolution du fœtus » et « suivi grossesse en vidéo » que vous retrouvez chaque semaine. 

Pourquoi ? D’abord parce que c’est chouette d’avoir une petite idée de la taille et du poids de bébé au fur et à mesure {vu qu’on ne passe pas d’echo chaque semaine}, et ensuite parce que les vidéos de Henry- Anne sont assez drôles et dédramatisent bien des choses ! 

     

Bref j’adore cette appli et m’empresse d’y aller chaque début de semaine pour me renseigner « juste ce qu’il faut ». 

Alors certes, nos grands mères nous diraient « on n’avait pas tout ça à notre époque nous« , … mais justement nous on l’a, alors profitons-en !  

Ps : pour les plus malines, ne cherchez pas, j’ai changé la date de début de grossesse sur l’application avant de faire mes photos.. Héhé.. 
  

IMG_4973-0

Bola.. ou pas ?  (#baby project) 

Le « bola de grossesse » j’en ai entendu parler récemment et je dois avouer que depuis je suis assez partagée sur la question..  Histoire de me forger un avis et d’en savoir plus, j’ai donc mené ma petite enquête sur ce bijou de grossesse que l’on peu s’offrir où se faire offrir. 

Décodage.

Le véritable « bola » est issu de la culture indonésienne et pas mexicaine comme on le lit souvent sur certains sites. Également appelé « clochette des anges », il tient son vrai nom de « bulan bola ». Porté par les femmes pendant leur grossesse, il est expliqué que ce petit objet vise à adoucir le comportement de bébé en émettant des petits sons perceptibles pour lui depuis l’utérus  (à compter en moyenne de la 20ème semaine de grossesse). 

 

Composé d’une boule en argent 925 (oui cette donnée est importante puisqu’elle signale qu’il s’agit d’un véritable bola traditionnel), il renferme des petites billes qui, en s’entrechoquant, créent un tintement particulier.  Pour les femmes indonésiennes, ce bijou est artisanal et 100% tradition locale. Tradition qui s’est apparemment bien exportée en Europe si l’on en juge par le nombre de site internet spécialisés sur la toile.. 

On lui confère des pouvoirs magiques tels que celui d’attirer la chance sur la femme enceinte qui le porte, ainsi qu’à son enfant. Rassurant et apaisant pour bébé, le tintement entendu pendant et après la grossesse serait parfaitement reconnaissable par bébé, qui aura eu le temps de s’y familiariser tout au long des mois. On raconte même que certaines jeunes mamans n’auraient qu’à agiter leur bola pour calmer bébé une fois né. Extraordinaire n’est ce pas ? 

 

Présenté sous la forme d’un sautoir, la chaîne ou le cordon mesure en général entre 100 et 120 cm de long. C’est en fait un pendentif en  argent qui repose sur le bas ventre de la maman. 
 

Voila. Maintenant j’en sais un peu plus sur l’historique de l’objet et sur la manière dont il est fabriqué. 

Là où je m’interroge, c’est sur l’efficacité de l’objet : réel bijou apaisant sonore ou simple bijou fashion ? 

Bien que l’objet soit mignon, est-il réellement l’auteur des bienfaits qu’on lui prête ? 

Alors bola ? Bola-ra pas ? Je n’en sais rien encore. Une chose est sûre, il va falloir que je me décide. 

Les filles, des conseils ? des avis ? 


Crédits photos : the good karma shop – mum to be party – cachecoeur lingerie – la femme colibri blog 

Baby project #1 – Les petites lectures 

Salut les filles et les garçons, en ce début de semaine bien frais et pas vraiment placé sous le signe du soleil {welcome automne}, je dois dire que les soirées « au coin du feu » reprennent doucement place à la maison. N’étant malheureusement pas l’heureuse détentrice d’une belle cheminée, mes soirées coin du feu se traduisent surtout par le combo bougies-plaid. Quelques lumineuses allumées de-ci de-là, un plaid chaud, de la musique, un bon bouquin et c’est parti pour une soirée douce avec mon Barbu. 

Et justement, en parlant de bouquin, depuis quelques semaines maintenant je compte des nouveautés bien « Baby project » dans la bibliothèque. 

 

Pour tout vous dire, depuis que je suis enceinte je n’ai pas vraiment changé mes habitudes littéraires. Je lis le même type de magazine et de romans {bah oui, c’est à dire que mon cerveau n’est pas enceinte et réclame ses centaines de pages hebdomadaires habituelles par semaine}. 

Lorsque j’avais parlé avec ma sage femme lors de nos premières rencontres, celle-ci m’avait mise en garde envers la multitude de magazines à thématiques du genre grossesse-enfants-parents-éducation-etc.. Forte de ses préconisations, je décidais donc de laisser de côté tous les ouvrages à la Dolto et autres, tout comme de ne pas trop prêter oreille lorsque les femmes de ma famille commencent à distiller leurs histoires de grossesse. Non pas que cela ne m’intéresse pas, simplement que je souhaite vivre cette grossesse à mon rythme, avec mes émotions, mes avis, mes ressentis {et ceux du Barbu bien entendu}. 

Depuis mon avis à légèrement changé sur les magazines de grossesse et puériculture : j’achète un mensuel et j’essaie de prendre  du recul en le lisant. Mais il est plaisant de mon point de vue. A cette exception près, pas d’autres changements. 

Jusqu’au jour où je recois un colis dans la boite aux lettres.. je l’ouvre, regarde fébrilement ce qui s’y trouve et ai l’immense joie de tomber sur deux ouvrages à l’aspect fort sympathique ! 

 

   

Figurez-vous que ma meilleure copine avait trouvé ces deux ouvrages tellement fun et décalés qu’elle les avait commandé sur-le-champs pour Le Barbu et moi {haaaan c’est trop miiii-gnooon}. Autant vous dire qu’à peine découverts, nous les avons adoré ! Très dégantés mais malgré tout bien écrits, nous avons explosé de rire à de nombreuses reprises en lisant l’une des multiples listes éditées. 

Morceau choisi : 

 
Gros gros BIG UP à ma meilleure copine pour cet excellent choix qui, mise a part nous faire bien marrer, n’est en rien moralisateur mais nous fait prendre conscience des « quelques » changements à venir. Les deux ouvrages sont realisés par Topito et édités par Tut-Tut.

 Dernier ouvrage à avoir intégré la bibli, ce petit manuel dégoté 1,50€ dans un troc livre. Ce qui nous a plu avec le Barbu c’est avant-tout le côté informatif du truc. En fait ce ne sont que de jeunes parents qui parlent de ce qui fonctionne pour eux, sans juger ou prétendre que leur méthode est la meilleure. Charge à nous ensuite de tester et de voir si, pour notre bébé aussi, ça fonctionnera. Le tout avec une mise en page très simplifiée. 

Extrait (sur le bain)   

Édité chez First Éditions, pour 9,90€. Le notre date de 2008 mais il doit certainement exister des versions plus récentes.   

Et c’est ainsi qu’en 3 livres nous aurons fait le tour de toute notre bibliographie spéciale maternité/puériculture ! Je vous avais prévenus, nous avons décidé de voyager léger côté lecture pré-bébé. Mais si vous connaissez un bouquin drôle, simple, pas prise de tête et informatif, dites le moi dans les commentaires. 

Belle journee ! 

Non Merci Madame .. en version « mini »

 

La vie est faite de bonnes surprises et de choses que l’on attend depuis longtemps. 

Aujourd’hui un article un peu spécial puisqu’aujourd’hui j’ai le plaisir de vous annoncer une formidable nouvelle : j’attends un bébé. 
J’ai pris soin de patienter que le premier trimestre soit derrière moi avant d’annoncer cette nouvelle ici et auprès de tous mes amis {bien évidemment, les parents et amis proches ont été mis au courant il y a déjà un petit moment}. 

Avec le Barbu nous nous préparons à la plus belle expérience de notre vie. Depuis que nous avons appris la nouvelle c’est comme si tout était devenu plus beau, plus fort, comme si nous avions des étoiles dans les yeux et des petits vélos dans la tête ! 

Ce qui est marrant c’est que la majeure partie de mes copines sont déjà mamans et connaissent bien ce sentiment si particulier que l’on ressent lorsqu’on est enceinte. Se rendre compte qu’un petit être grandit en soi. Sentir que son corps évolue et s’adapte. Commencer à prendre conscience que dans quelques mois bébé sera là…  L’aimer déjà si fort… 

Si je devais rapidement vous conter cette grossesse sur les premiers mois écoulés, je résumerai en 15 points  : 

  • 1 – être bouleversée en voyant le test de grossesse et la prise de sang afficher un résultat positif 

2 – être émue comme rarement dans sa vie en se disant que ça y’ est, notre tour est venu 

  • 3 – se casser la tête pour trouver des moyens originaux d’annoncer la nouvelle à sa famille (bonus : pleurer plus qu’il n’en faut en voyant ses proches aussi émus que soi)

4 – supporter les premiers symptômes de la grossesse : vomissements, nausées, maux de tête, fatigue extrême, sautes d’humeur, etc.. 

  • 5 – voir son corps qui change chaque semaine jusqu’à commencer à afficher les premières rondeurs 

6 – faire la 1ère échographie (que l’on appelle « de datation ») et voir cette crevette d’amour pour la première fois. 

  • 7 – essayer de ne pas chialer en voyant la petite crevette d’amour.

8 – essayer de ne pas chialer bis en entendant son petit cœur battre aussi vite.

  • 9 – rencontrer sa sage femme et partager avec elle tout ce que l’on ressent, la questionner, tisser avec elle un lien si fort qu’elle pourrait en devenir ta meilleure amie 

10 – adapter sa vie et son mode de fonctionnement en fonction de bébé, en étant pleinement épanouie ou en vivant parfois aussi des petites complications. 

  • 11 – se rendre à la pharmacie pour acheter des crèmes « anti-vergetures » car l’huile végétale ne suffira apparemment pas .. 

12 – te rendre compte que la pièce que tu fréquentes le plus dans ton appart est sans conteste les wc ! (Option mini vessie) 

  • 13 – commencer à penser aux changements qu’il va falloir mettre en œuvre dans la future chambre de bébé. 

14 – acheter tes premiers vêtements de grossesse car de toute évidence, tes jolies robes cintrées et chemisiers prêt du corps sont définitivement trop justes pour toi et vont donc être relayés sous compactor pour les mois à venir.

  • 15 – commencer à vaguement penser aux prénoms qu’on aime bien avec Le Barbu (bonus : bébé refusant de montrer son sexe)  

  
Ce dont je suis certaine, c’est qu’attendre un enfant de l’homme qu’on aime est la plus merveilleuse des choses que j’ai connu jusqu’ici. Se dire chaque jour que ce petit être qui pousse à l’intérieur sera un mélange du Barbu et de moi m’émeut à chaque fois. Aura-t’il/elle ses yeux ? A qui ressemblera t’il/elle ? Se rend il/elle compte qu’on l’aime déjà infiniment ? 
Non Merci Madame attend un enfant et essaiera de vous faire partager cela à sa manière, avec humour et légèreté ! 

Je vous embrasse .. enfin non, « on » vous embrasse ❤️