img_7679-3

La transformation #3 : le drame capillaire 

Ah elles sont nombreuses mes copines déjà mamans ! Elles ont aussi un détail esthétique qui leur est commun à toutes : leurs coupes de cheveux avant et après leurs accouchements.

À chaque fois que je m’extasiais de leurs nouvelles têtes capillaires {à base de « waouuuu mais comme ça te va super bien ! » ou encore « Oulala t’es belle avec cette coupe ! »}, elles ne tardaient jamais vraiment à me confier « oui, je n’ai pas eu le choix après l’accouchement » … hum hum .. En novice que j’étais, j’avoue ne jamais trop avoir compris cette remarque jusqu’à ce que MOI AUSSI je fasse les frais des hormones qui jouent aux montagnes russes dans ton corps, et dans le cas précis, dans tes cheveux !

Avant d’avoir bébé, mes cheveux étaient de supers potes ; dociles, brillants, répondant à la moindre de mes exigences en étant légèrement bouclés naturellement ou tenant bien l’effet « baguette de tambour » lorsque je les lissais. Bref, se coiffer était un vrai kiff et sans l’ombre d’un nuage à l’horizon. 

Et puis les choses ont commencé à changer durant ma grossesse. Les jolies boucles ont disparues au profit d’un très léger mouvement wavy pas franchement joli. La brillance naturelle {tu sens la nana qui se la pète ?} a définitivement fuit mon cuir chevelu {préférant aller je-ne-sais-où d’ailleurs}, et puis surtout, SURTOUT je perdais vachement de cheveux à chaque lavage… Et là c’est l’angoisse car tu te dis qu’à ce rythme tu finiras chauve et que tu auras une tete degueu à la maternité quand tes proches feront des photos de toi et de ta progéniture (NB : en vrai, tu auras de toute façon une sale tête .. donc avec ou sans cheveux peu importe !).


J’ai donc sorti l’artillerie biologique lourde en prenant soin de respecter une routine capillaire simple : masque a l’huile végétale, shampoing bio et pas de séchage au sèche cheveux. Résultat ? Des cheveux qui poussaient super bien .. mais terminé pour moi le temps des cheveux frais, détachés et légers au vent .. Aléa jacta es ! Me voilà repliée dans une basse routine capillaire à base de queues de cheval, de chignon fait à l’arrache ou tout autre pseudo coiffure rapide et bâclée visant à cacher mon désespoir chevelesque (non, ce mot n’existe pas. Inutile de regarder sur Google). Je peux vous dire que ma super coiffeuse en a eu des sueurs froides lorsqu’elle me croisant dans la rue ! Et malgré ses multiples tentatives je me refusais d’aller la voir. À quoi bon à près tout ? Une coupe de cheveux sympa lorsque tes cheveux ont la vivacité d’un poulpe échoué et séché au soleil..

Et puis bébé vient au monde. Tes hormones sont encore un peu en vrac (tout comme ta tête et tes cheveux d’ailleurs), tu ne prends pas une minute pour toi dans la mesure où chaque demi heure de sommeil de bébé est exclusivement réservé à ta propre sieste (question de survie), et ton drame capillaire s’accentue .. sauf que tu n’as plus vraiment le temps pour l’observer ou t’en plaindre.

Heureusement, un beau jour tu te réveilles devant le miroir, tu scrutes cette masse située sur le haut de ton crâne communément appelée cuir chevelu, tu vois bien que seule tu n’y arriveras pas et tu te dis qu’aux grands maux, les grands remèdes : TU VAS ALLER VOIR TA COIFFEUSE. 


Le miracle n’aura pas lieu car elle n’est pas magicienne, bien qu’experte en la matière. Pour ma part j’ai eu droit à un super soin « ultra intensif » (mais non chimique) de plus de 30 minutes de pose pour raviver un peu l’éclat et la fibre de ma chevelure … pour finalement opter pour une coupe courte. Allez hop, on taille dans la masse, on désépaissit, on coupe, on sculpte, bref on redonne vie à mon visage via les millions de cheveux qui surplombent ma tête.

Alléluia ! Nous y Voila. Après plusieurs mois de « coupe qui ressemble un peu à n’importe quoi mais que tu t’en tapes tant toute ton attention est prise par ton ventre énorme », tu retrouves une tête normale, des cheveux normaux, et tu peux définitivement penser que ce drame capillaire est derrière toi, tout comme cette grossesse finalement.
A présent, ta vie de jeune maman se fera sans élastiques ou pinces à chignon dans les cheveux… Car désormais c’est à toi que tes copines disent « whaaaaa mais comment t’es bien avec les cheveux courts ! » 

décalage horaire 3

La transformation #2 (le décalage horaire)

Nouvel épisode pour ce nouveau genre d’article nommé « Transformation » en raison des petites choses qui changent quand tu deviens parent.

Aujourd’hui je vous parle de décalage horaire ou comment tu te retrouves complètement jetlaguée sans même avoir à prendre l’avion et changer de fuseau horaire !

A la minute où l’on devient parent, on ne le sait pas encore mais on va se retrouver en complet décalage horaire avec le monde, la vie, son bébé, et donc par le même occasion avec soi. Je m’explique.

décalage horaire 3

Dès les premiers jours de vie de son nouveau né, lorsque l’on est encore à la maternité, on se retrouve vite confronté à plusieurs cas de figure ; le premier c’est la fatigue folle ressentie après l’accouchement. Les longues heures de travail et la péridurale y sont grandement pour quelque chose mais pas que, l’aspect émotionnel très fort entre également en jeu et vous vous sentez tellement heureuse … et tellement vidée aussi {mauvais jeu de mots vu le cas de figure. sorry}. Deuxième cas de figure, on vous explique rapidement qu’il ne faut surtout pas laisser son bébé dormir plus de 4 heures d’affilée sans le nourrir… heu .. ok … et s’il dort ? et si moi je dors ? Et bien tu te débrouilles mais tu fais en sorte de lui donner le biberon ou le sein. En résumé, la fatigue 1 – toi 0. Dernier cas de figure, les visites de tous tes proches ou presque à la maternité, qui bien qu’extrêmement agréables, te crèvent au moins autant que ton bébé. {Un petit conseil, limitez-les au maximum. Les amis auront bien l’occasion de venir rencontrer votre petite merveille une fois que vous serez rentrés à la maison}. Et voilà, pour commencer, comment ton visage et ton corps semblent donner l’impression de s’être fait un aller-retour « Paris-Tokyo » sans dormir dans l’avion.

Viennent ensuite les jours qui suivent le retour de la maternité, et alors là, comment te dire ? C’est Beyrouth dans ton corps et dans ta tête ! Complètement stressée par cette nouvelle vie à trois à laquelle il faut s’habituer, tu dors peu et mal, tu cogites et t’inquiètes beaucoup, tu fais 50 allers retours inutiles pour réunir les choses dont tu as besoin pour les changes, le bain, le biberon.

En fait tu dépenses 1000 fois plus d’énergie que d’habitude parce que, justement, tu n’as pas encore l’habitude.

Ce qui va beaucoup changer aussi c’est ton rythme de sommeil. Il n’était déjà pas glorieux durant les dernières semaines de grossesse mais alors là ! Se réveiller à 1 heure puis 4 heures du mat’ pour donner à manger à son tout petit, c’est juste primordial mais vraiment compliqué pour ton organisme qui lui, aimait bien l’idée de dormir à point fermé et pour qui l’obscurité signifie « dodo very profond », contrairement à ton tout petit qui n’a pas encore pigé la différence entre le jour et la nuit. Les premiers jours tu gères à mort … et puis les jours suivants tu galères à sortir de ton lit, tu bénis l’inventeur des boites doseuses de lait pour son invention car sans déconner, compter les cuillères doseuses à 2 heures du mat’ quand tes yeux piquent comme s’il étaient sous acide, ce n’est vraiment pas évident. Petit à petit les choses de tassent et tu crois – naïvement – que cela sonne la fin de la galère. Mon œil ouai !

décalage horaire 2

Il va maintenant te falloir apprendre à réellement lâcher du lest et à t’adapter au rythme de ton petit bout. Donc « OUI » tu vas probablement passer la majeure partie de tes journées en pyjama, « OUI » tu vas aussi petit déjeuner-déjeuner-diner à des heures complètement improbables, et « OUI » ça fait partie du jeu. Le décalage horaire que tu commences à bien ressentir, c’est aussi à travers tout cela. Pour les repas, il vaut mieux dédramatiser en ce disant que c’est chouette, tu manges aux mêmes heures que les espagnols le soir …. sauf que t’es chez toi … et toujours en pyjama 🙂

Autre exemple drôle mais tellement illustrateur de ton quotidien. Il est 15h00, et tu te dis que tu irais bien chez « biiiiiip » (enseigne de votre choix) acheter des pyjamas à bébé car ceux que tu as déjà sont au demeurant fort jolis mais juste absolument pas pratiques {erreurs courantes de parents débutants}. Ok, donc tu prépares ton petit bonhomme, tu changes la couche, tu donnes le biberon, tu le laisses s’endormir quelques minutes pour avoir le temps toi aussi de manger et de te  doucher (riez riez … vous verrez !). Tu checkes ton totebag pour vérifier que tu as bien avec toi la tétine, le lange, et tout le nécessaire de survie pour faire face aux aléas qui pourraient survenir durant cette mini virée shopping .. parfait tout y est ! (NB : c’est bien connu, le jeune parent crois toujours qu’il part à l’autre bout du monde quand il va à 300 mètres de chez lui avec son bébé et préfère donc emporter tout ce qu’il faut – donc beaucoup trop – dans le cas où une guerre civile se déclencherait par exemple) C’est généralement à ce moment-là que bébé à décidé que sa couche étant pleine, il faut de nouveau la changer, ou qu’il est pris d’un furieux appétit et d’une envie irrépressible d’engloutir un biberon. Pani problem. Tu fais ce qu’il y a à faire. Puis tu le mets dans sa poussette/porte bébé et te voilà partie en direction de chez « biiip ».

Une fois sur place, en dépit du regard stupéfait de la vendeuse lorsqu’elle te dit bonjour (parce que tu as le teint d’un cadavre qu’on viendrait de déterrer)(c’est à dire que, pardon madame, j’ai à mon actif environ 350 heures de sommeil en moins et j’ai pris une douche, me suis séchée et habillée en 2 minutes, 15 secondes et 8 centièmes, si EN PLUS, il fallait se maquiller, j’étais foutue niveau timing), tu commences à profiter du moment et te mettre en quête desdits pyjamas soooooo pratiques avec toutes leurs pressions qui vont du ventre jusqu’au doigts de pieds … et puis au bout de quelques minutes, la même vendeuse – toujours aussi stupéfaite de ton teint d’ailleurs – te dit gentiment qu’elle va fermer dans 10 minutes et qu’elle t’invite à te « rapprocher de la caisse » {non mais cette expression de merde quoi, ça veut dire quoi « se rapprocher des caisses » ???}

What’s the fuck ?!!! Tu regardes ta montre, il est 18h50. Tu comprends pas. Tu es perdue dans une faille spatiotemporelle qui a du avaler les heures depuis ce matin.

Welcome on board ! Le temps file à toute allure et toi tu fais ton maximum pour ne pas laisser les heures filer comme des minutes mais tu ne peux pas lutter. Entre ta perception du temps passé aux côtés de bébé et le temps commun pour le monde qui t’entoure, il y a une énooooorme différence. Le décalage horaire a encore frappé !

décalage horaire

Tu l’auras compris, le temps n’est plus tout à fait le même après la naissance de ton premier enfant. Ce qui est bien c’est qu’une fois que tu es au courant pour bébé 1, tu sais exactement à quoi t’attendre pour les autres bébés à venir. Ce qui est pratique aussi c’est que ton entourage capte très rapidement à quel point tu es jetlaguée de la vie en voyant ta tête. Mais prenons les choses du bon côté, avant tu vivais, tu mangeais et tu dormais au même rythme que tout le monde, et c’était d’un ennui mortel car tu te fondais dans la masse. Maintenant tu as ta petite originalité, en plus d’avoir la plus belle des merveilles dans tes bras chaque jour : ton enfant 🙂

anticernes 4

J’ai testé pour vous #22 : l’anticernes

J’aurai pu intituler cet article « j’ai testé pour vous l’anti cerne ou comment-un-produit-de-makeup-fait-croire-a-tout-le-monde-que-tu-as-dormi-20 heures-d’affilée » .. mais bon, le titre semblait un peu long.

Blague à part, si je ne suis pas une folle de makeup en général et n’ai jamais forcé sur le barbouillage du faciès (genre voiture volée que tu verrais même en pleine nuit avec du brouillard), j’aime à minima avoir un teint plutôt frais et uni et, au choix, des yeux améliorés (comprenez par là une belle ombre à paupière et un peu de mascara) ou une bouche soulignée (avec un peu de rouge à lèvres).

Jusqu’ici je me satisfaisais donc de mes quelques produits qui m’allaient comme un gant et que je renouvelais au besoin quand l’un d’autre eux rendaient l’âme. Et puis, comment vous dire, sont entrés dans ma vie le manque de sommeil, les nuits entrecoupées et avec eux, l’apparition sous mes yeux d’une si jolie couleur à mi chemin entre le bleu  roi et le violet des aurores boréales : j’ai nommé LES CERNES !

Et quoi de plus efficace pour lutter contre elles qu’un bon anti cernes ?  (Du sommeil peut être ? Des vacances ? Une nouvelle peau ?)

J’ai donc acheté l’anti cerne « Stick Correcteur » de chez Bourjois et je dois dire que ce truc est un vrai petit miracle en stick. Une fois appliqué, hop, c’est magique, a pu les cernes. Terminé. Fini. Tout le monde pense que tu es fraîche comme la rosée du matin. Présenté en bâton stick ultra pratique pour l’application, la teinte se fond bien à la carnation naturelle de la peau (préalable : choisir une teinte un peu plus claire que celle de sa peau .. Car dans l’autre sens ça marche moins bien hein..) et la composition du produit n’est pas trop dégueu ce qui signifie que cela n’assèche pas la fine  et fragile peau du dessous des yeux.

anticernes 4

Côté pratique je l’applique sous mes yeux, le laisse poser quelques secondes puis l’étale au doigt pour un rendu naturel et bien estompé. Je sais qu’il est aussi possible de l’appliquer au pinceau mais je n’ai jamais été douée avec cette pratique.

anticernes 1

Ce que je trouve également intéressant avec cet anti cernes, c’est  son côté waterproof inattendu. La marque ne parle pas du tout de ce point car j’imagine que ce n’est pas quelque chose de voulu à la conception, mais figurez-vous qu’il résiste très bien à l’eau (expérience vécue sous la pluie un jour d’orage et avec des larmes d’émotion aussi). Et je trouve ça plutôt sympa qu’il ait une aussi bonne tenue alors qu’au départ ce n’est pas un paramètre souhaité.

      anticernes 3     anticernes 2

   (Photos prises une fois l’anti cernes appliqué)

Comme je n’utilise « la bête » que depuis un mois et demi, je ne suis pas encore en mesure de vous dire si ce produit est relativement économique ou non pour votre porte monnaie. Il n’empêche que le stick ne semble pas s’épuiser trop vite pour le moment, à raison d’une utilisation tous les deux jours en moyenne (il est certain que si tu barbouilles de produit l’intégralité du contour de tes yeux, le truc ça durer à peu près 10 jours 😂).

Je suis donc assez contente de cette petite trouvaille dégotée à l’arrache chez Monoprix, et qui ne m’a coûté environ 12€. J’attends de voir si sur le long terme je le tolère toujours aussi bien mais pour l’heure c’est un parcours sans fautes.

Et vous, quelle est votre arme magique anti cernes bleues violacées ?

anticernes 5

images

J’ai chopé « la barre »

Je vous rassure de suite : non, nous ne parlerons pas de gymnastique rythmique et sportive ici. Bien que mes jeunes années aient été comblées par ce sport que j’adorais et pratiquais plusieurs heures par semaine à L époque… Mais je ne reviendrai pas là-dessus (#snif)(#pleures-ta-jeunesse).

Ne sera pas question ici non plus de barre chocolatée, de barre immobilière ou ou encore de barre de fer (avez-vous vu ce sketch de Gad Elmaleh et Jamel sur la « barre de fer » ??! Il est tout simplement hilarant).

Non rien de tout ça. J’ai décidé de vous parler de barre dorsale. (Et même qu’il n’y a absolument aucun rapport avec un quelconque poisson.. sors de ce corps Commandant Cousteau !).

index

Tous les parents ou jeunes parents qui liront cet article se reconnaîtront : la barre dorsale c’est cette douleur folle que tu ressens dans le milieu du dos quelques jours après la naissance de ton enfant.

Je n’en avais jamais entendu parler avant la naissance de bébé et j’ai découvert cette appellation grâce à mon ostéopathe qui, une fois m’ayant posé la fatidique question du « alors tu viens pour quoi ? Explique moi » s’est mis à rire en me disant « ok, en fait tu viens à cause de la barre des jeunes parents !« . Kesako ça ?

Après lui avoir posé une ou deux questions à ce propos – mais pas trop car j’avoue avoir été un peu vexée de ne pas connaître ce symptôme, moi qui pensais être ultra bien informée sur le post accouchement – je le laisse manipuler mon petit dos douloureux et (me traîne lamentablement) rentre tranquillement chez moi.

J’étais curieuse d’en savoir plus sur cette barre et c’est une fois installée sur le canapé que j’ai ouvert l’ordinateur et tapé les mots clés suivant sur mon moteur de recherche  » mal de dos – jeune parent ». Premier constat, je ne suis pas la seule, d’autres parents témoignent sur différents forums et parlent de cette sorte de pic monstrueux qui te donne l’impression que ta colonne vertébrale et tes omoplates sont broyés tant ils te font mal.  Second constat : les témoignages datent un peu.. mais alors cela voudrait-il dire que depuis plus aucun jeune parent ne ressent cette douleur ?? Suis-je vraiment la seule à jongler chaque jour ??

En fait en parlant avec mon médecin, j’ai appris que cette douleur, fort heureusement passagère, est simplement due au fait que mon petit dos n’est pas assez musclé. Et que porter un petit bébé requiert un effort général de tous les petits muscles du dos qui habituellement se la coulent douce (genre cocktails au bord la piscine, palmiers, lunettes de soleil .. Oula, je m’égare). J’ai également appris que OUI, c’est normal que tu ne trouves ton seul salut que le soir venu lorsque tu vas te coucher en position dites de Jésus christ dans ton lit, que NON les antalgiques ne te viendront pas en aide, et que quelques séances de natation me feraient le plus grand bien (la blague quoi .. bah ouai, difficile d’aller nager avec le retour de couche, la cicatrisation pour certaines aussi, trouver quelqu’un pour garder bébé,  tout ça tout ça..)

Alors voila, au travers de cet article je voulais vous avertir, vous prévenir, vous, futurs jeunes parents : chopper la barre pendant quelques semaines après l’arrivée de bébé c’est normal, et apparemment tout le monde y passe ou presque (peut être pas celles et ceux qui ont un dos super ultra musclé .. genre body builder urbains avec un abonnement pluri hebdomadaire en salle de sport quoi. Ce qui n’est absolument pas mon cas)(oui, elle n’aime pas le sport en salle)(c’est comme ça)(et on ne critique pas !).

La bonne nouvelle dans toute cette histoire c’est que la douleur passe avec les semaines et que votre petit dos endolori se musclera à mesure que bébé prendra du poids.

Tout est bien qui finit bien ..

Allez, tous et toutes à vos altères et autres appareils de torture sportive !

YLS190_sa000_sr8

l’objet du désir : la montre (un peu) bling bling

Non je n’ai pas cédé à retardement à cette mode de « la-grosse-montre-super-lourde-et-super-clinquante-qui-masque-ton-poignet » que tout le monde – ou presque – a pu arborer fièrement ces derniers temps.

Au contraire, j’ai toujours été prise d’un petit sourire narquois en voyant toutes ces nanas qui peinaient à supporter le poids de ladite montre lorsqu’elle devait utiliser leurs poignets. Gna-gna-gna-gna (NB : rire sadique de sorcière comme dans les dessins animés). Et que dire de celles qui m’ont quasiment fait hurler de rire lorsque leurs super-méga-monstrueuses montres se prenait dans leurs cheveux ou leurs fringues … leur valant des crises de nerfs absurdes dignes d’un oscar pour le meilleur rôle dans la catégorie « Hystérique caractérielle burlesque ».

Bref, la montre quasiment aussi grande que ta main c’est NON MERCI MADAME !

Pour autant, j’avoue que j’aime assez les montres qui brillent un peu, je veux dire, celles qui sont discrètes mais élégantes, celles que l’on repère à ton poignet en se murmurant « Tiens, elle est jolie sa montre », celles qui sont couleur dorée, ou rose dorée, voir même argentée. Celles que l’on remarque par leur beauté et non pas par leur poids ou leur volumes.

Imaginez donc un peu le coup d’électricité que j’ai reçu au cœur lorsque s’est affiché dans ma boite mail ce matin un courriel indiquant « Nouvelle collection Printemps Été 2016 Swatch « Metallix » »

Oulalalala …

GE244_sa000_sr8 SFE104G_sa000_sr8

SFE105_sa000_sr8 SFG106_sa000_sr8

SUOK120_sa000_sr8 SUOP107_sa000_sr8

YGS130C_sa000_sr8 YLG130_sa000_sr8

YLS190_sa000_sr8 YSS298G_sa000_sr8

 

Ces mignonnes me font grandement de l’œil depuis que je les ai vues (oui oui, ici on est à fond « cœurs dans les yeux », « cœur qui palpite », tout ça tout ça).

Mentions spéciales pour les montres n3 et n10 qui sont en photos .. je crois bien les aimer d’amour (et pourtant je suis ultra chiante en matière de montre croyez-moi !). Enfin bon, tout ça pour vous dire que Swatch a encore fait fort pour cette nouvelle collection estivale et nous propose donc des montres à l’humeur « métalliques » mais pas bling bling.

Suis fan. Tout simplement.

 

Crédit photos : Swatch – Cet article n’est pas sponsorisé

calendrier rendez vous

La course aux rendez-vous (#baby project)

Salut la compagnie,

Voilà plusieurs jours que je n’étais pas venue par ici vous conter mes histoires, cause en est la course aux rendez-vous depuis maintenant 10 jours.

C’est fou le nombre de choses à faire et de gens à voir dans les 2 derniers mois de sa grossesse ! Il y a des semaines où tu parviens difficilement à te rappeler tout ce qui s’est déroulé depuis le lundi. Sans compter tous les examens que tu passes, les vérifications réalisées par les praticiens. Sans rire je pense qu’on ne m’a jamais prélevé autant de sang, pris ma tension ou pesée autant de fois que depuis ces 8 derniers mois. J’ai d’ailleurs rapidement du troquer mon petit carnet de bord (carnet de petit format qui me suis partout quand je bosse) contre un lutin géant (mais siiiiii, un lutin, tu sais c’est comme un porte documents avec des pochettes transparentes dedans) tant il y a de papiers à avoir sur soi à chaque rendez-vous !

D’ailleurs, si dans mes lecteurs certains ou certaines bossent en maternité : les gars, il faut vraiment penser à un nouveau système pour tous ces papiers, je sais pas moi, une carte avec tous les docs enregistrés ou scannés dessus, une puce électronique, peu importe ! Parce que là, le délire « totebag blindé qui pèse le poids d’un âne mort » ça va bien deux secondes… à bon entendeur..

Je ne vais pas commencer à vous raconter toutes les péripéties de mes rendez-vous mais je vous dirai simplement qu’aucun d’entre eux ne se déroule normalement. Il y a toujours un petit truc croustillant/drôle qui te fait rapidement oublier que ton heure de RDV est dépassée depuis 45 minutes déjà et que 3 autres nanas doivent passer avant toi (oh joie de la patience suprême). J’apprends à relativiser avec cette grossesse, même si je passe/perds un temps fou à attendre, partir, revenir, attendre encore .. Il semblerait que ce soit comme ça pour nous toutes, que nous ne puissions rien y changer. Donc MOI je suis sympa vous voyez, je vous préviens.

En bref, avec tant de temps passé à l’extérieur, difficile de bloguer. Je vais donc essayer de poster plus régulièrement quelques petits articles sympas par ici mais il est probable que j’ai à m’absenter plusieurs jours d’affilée parfois, n’ayez crainte, je reviendrai, dites- vous simplement que je suis coincée quelque part entre une prise de sang, une balance ou un tensiomètre 🙂

Je vous embrasse

 

photo tétines

Le catalogue incomplet (#baby project)

Quand tu achètes ou te procures un catalogue, en général, tu t’attends à y trouver certaines informations susceptibles de te faire acheter le ou les produits en question. Des informations du genre : dimensions, matière, prix, avis client éventuellement et toutes autres données pouvant aiguiller le consommateur néophyte que nous sommes parfois.

Ca, c’est à peu près ce que nous nous attendions à trouver dans le catalogue Orchestra avec le Barbu hier..   Et oui, pour celles et ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux, vous avez pu voir qu’hier soir nous étions en train de faire connaissance avec cette « bible de la puériculture » (dixit une copine).catalogue

Globalement, « cette bible » est plutôt bien pensée : traitée par rubrique rigolotes intitulées « Bon appétit« , « c’est l’heure du bain »  ou encore « en route !« , il y a un code couleur par rubrique ce qui permet aux moins doués d’entre nous de toujours s’y retrouver parmi les 400 et quelques pages.

Jusque- là tout s’annonçait bien, nous commençions à prendre nos repères et pouvions enfin commencer à nous faire une idée de ce qu’il faut acheter et donc du budget à consacrer à tout ce matos indispensable..

En fait, tant que nous étions sur les fringues et le petit matériel de puériculture, ça allait encore .. mais l’exercice s’est corsé d’un coup lorsque nous avons du passer aux pièces plus lourdes : cosy, chaise haute, transat, etc.. D’un seul coup, plus moyen d’avoir la moindre idée du prix de chacun de ces trucs ! Nan mais sérieux, vous m’expliquez le concept du catalogue si on ne voit même pas les prix dessus ?!!?

photo siege auto photo chaise haute

 

 

 

 

 

 

 

C’est comme dans les restos gastro, tu ne vois pas les prix sur les cartes de menus tant ils sont exhorbitants c’est ça ? Ils ne mettent pas les prix parce qu’ils craignent que les gens ne viennent pas en magasin ensuite ? Non ? C’est quoi l’idée ?

Nous voilà donc bien avancés, on repère des choses mais on ne sait pas combien cela va nous coûter … arf … il va donc falloir aller en magasin distributeur pour voir les « bêtes » en vrai, demander conseil et donc prendre le risque qu’un bon vendeur nous aiguille vers toute autre chose de bien plus chere encore (c’est leur mission me direz-vous), et puis comparer en allant voir dans un magasin de la marque.

Nous qui pensions gagner du temps … on s’est bien plantés je vous le dis !

Donc les catalogues sans prix, c’est Non Merci Madame !!

 

homeo 4

Mon homéo-pharmacie (#baby project)

Bonjour à toutes et à tous,

L’idée de faire ce post s’est imposée à moi ce matin lorsque je me suis postée devant la multitude de petits tubes colorés qui sont devenus mes remèdes du quotidien. Autant de tubes dont je connais les pouvoirs presque par coeur. Cet automastisme m’a fait sourire et je me suis dit que j’allais vous conter cette histoire.

Je veux bien entendu parler d’homéopathie.

Because of Mini Moi qui pousse et s’éclate dans mon ventre chaque jour (à en croire les multiples coups et mouvements que je ressens), il a fallut que ma boîte à pharmacie se transforme et migre peu à peu vers ces petits granulés, savament prescrits par ma sage femme. Autant vous dire que je n’ai jamais vraiment été une grande fan de médocs, j’ai mes « basics » et jusqu’ici ils ont toujours parfaitement oeuvrés quand je n’étais pas au top. Les classiques dafalgan + sirop pour la toux + zyrtec + pansements étaient encore mes meilleurs alliés il y a quelque mois.

Et puis nous avons appris que j’étais enceinte, et dans la foulée, ma sage femme et mon médecin se sont empressés de m’informer que la majeure partie de ces médocs devenaient mes pires ennemis à compter de maintenant et qu’il fallait à tout prix les éradiquer de ma boite à pharmacie {heu .. quand vous dites « éradiquer » c’est à dire ?}. A l’exception des pansements qui, fort heureusement, ont encore le droit d’être utilisés … bon, même s’il je fais mon maximum pour ne pas me couper, bien entendu.

homeo 1

Le truc avec l’homéopathie, c’est que moi JE N’Y CROIS PAS.

Rectificatif, je n’y croyais pas. Je vous explique ? Ok.

Disons que mon cerveau et son fonctionnement quelque peu particulier de temps en temps (je le conssens), je ne voyais pas en quoi des petites billes sucrées et sans goût pouvaient prétendre soigner tous les maux ou presque. Je veux dire, tant qu’à faire, autant manger des M&M’s, au moins il y a du goût ! Plus sérieusement, mes rares expériences passées avec l’homéo ont été un fiasco total. A base de rage de dents et d’un dentiste qui ne voulait pas me prescrire de cachetons anti douleurs de peur que je ne sente plus rien {pardon mais n’est-ce pas là le principe d’un anti-douleur ?}{bref, passons}, et qui m’a donc donné ces petites billes translucides qui bien évidement n’ont absolument rien changé à la douleur interstallaire que je ressentais dans la bouche. Autre exemple, soit disant pour me destresser un peu, la prescription une fois encore de ces bibilles qui allaient « relaxer tout mon être et apaiser mon esprit ». Résultat : insomnies 2 jours durant et tubes d’homéo foutus à la poubelle direct !

Voyez, j’étais plutôt paramétrée pour ne plus jamais croiser la route de ces petits tubes de couleurs aux inscriptions latines étranges. Et puis j’ai commencé à voir ma sage femme, et nous avons beaucoup parlé, et bien qu’elle ait beaucoup ri à l’écoute de mes expériences déplorables avec l’homéo, elle m’en prescrit malgré tout en me disant « Réessaie, tu n’as plus rien à perdre ! ». C’est donc avec le plus grand détachement au monde, et convaincue de l’inefficacité totale de ces bibilles que je m’en vais chercher tout cela à la pharmacie et débuter mon « traitement » (même ce mot me faisait marrer, pour vous dire). Sauf que cette fois-ci CA FONCTIONNE !

Et oui, en dépit de toute ma mauvaise foi et mauvaise volonté aussi à l’égard de ce traitement, il n’en est pas moins que les effets sur mon organisme sont assez rapides. Plus de nausées, de douleurs, etc.. ALORS COMME CA CES BIBILLES AURAIENT VRAIMENT UN POUVOIR ?!! Imaginez ma surprise lorsqu’au bout de quelques jours je m’aperçois que tout va mieux, juste avec des granules. Des granules translucides. Des granules sans goût. Mieux encore, imaginez la tête de ma sage femme lorsque je lui annonce que oui, ça va mieux…

homeo 2

Tout ça pour dire qu’a présent je suis convaincue de l’efficacité de ces petits granulés et compte bien les utiliser à l’avenir pour me soigner et soigner bébé aussi, quand ce sera possible. Comme quoi, nos corps réagissent bizarrement des fois, comme s’il y avait un temps pour tout, the right thing at the right time en somme.

Et vous, pour ou contre l’efficacité de l’homéo ?

IMG_4979-0

Liebster Blog Award 

Cette semaine j’ai eu la belle surprise d’apprendre que j’étais nominée au Liebster Blog Award par la jolie Camille du blog « Camille grew up » 😃

D’abord étonnée puis amusée, je découvre le concept du Liebster Award ; parler un peu plus de soi en tant que blogueuse et en profiter pour faire découvrir aux autres d’autres blogs que l’on aime bien. L’idée étant ensuite de poser à son tour 11 questions aux 11 auteurs de blogs. 

Je vais donc me prêter au jeu et répondre aux questions qui m’ont été posées par Camille .. J’avoue que toutes n’ont pas été faciles car il s’agit de se creuser un peu la tête pour dévoiler un petit bout de son intimité et de ses défauts aussi..  On y va ? 

Question 1 : pourquoi avoir créé ce blog ? 

Très curieuse dans la vie, j’aime bien farfouiller, creuser, découvrir de nouvelles choses, de nouveaux endroits, des bons plans, rencontrer des gens. Et puis il paraît que je suis drôle, et que ma manière de parler des choses est parfois originale. Au fur et à mesure du temps, mes amis me répétaient souvent que ce serait top de créer un blog sur la toile pour compiler tout ça, avec le ton qui me caractérise. Alors avec l’aide de ma meilleure cops (qui est juste une déesse de l’encodage et des méandres des internets), on s’est mises au boulot et voila : Non Merci Madame est né. Mon blog est résolument éclectique, je suis incapable de me cantonner à une catégorie précise, j’aime tout donc je parle de tout (joyeu bordel inside my head !)

Question 2 : quelle est ta pire habitude ? 

Aheum.. Alors c’est quelque chose de très basique mais sans quoi je suis incapable de commencer correctement ma journée : mes 2 tasses de Earl Grey. S’en est presque pathologique ! Étant folle de bergamote, c’est le seul arôme qui puisse me réveiller en douceur. Sans ça, impossible de me mettre en marche avec punch. D’ailleurs je suis tellement « atteinte » que lorsque je voyage je prends mes sachets de thé avec moi.. au cas où l’hôtel aurait le mauvais goût de ne proposer que du english breakfast tea dans son buffet. Petit bonus : j’aime laisser traîner la fin de ma 2nde tasse de thé jusqu’à ce qu’il soit froid, mais la bois quand même ! Ca a le don d’exaspérer mon Barbu et de me faire rire. 

Question 3 : plutôt salé ou sucré ? 

Pourquoi choisir ? Je suis les deux. Je peux aussi bien craquer sur une salade de concombres que sur une meringue au chocolat. Cependant, depuis que j’ai appris être intolérante au gluten je fais quand même beaucoup moins de craquage sucrés. Mais je me rattrape en cuisinant moi-même mes gourmandises gluten free. 

Question 4 : quelle est ta série du moment ? 

Bon alors qu’on se le dise, je suis une très mauvaise cliente pour les producteurs et réalisateurs de séries. Rapport qu’avec Le Barbu nous écoutons plus de musique que nous ne regardons la télé. Mais en ce moment j’aime bien 2 séries dont une qui nous passionne vraiment en ce moment : The Affair

On l’a découverte cet été et depuis nous avons littéralement englouti la saison 1 et guettons chaque semaine les épisodes de la saison 2 en VO. Je vous fais le pitch rapide : tout se passe dans une station balnéaire des États Unis durant les congés d’été. Un père de famille et une jeune femme mariée ont une liaison passionnelle et dévastatrice.. qui va déclencher la mort de quelqu’un. Mais qui ? Il va y avoir une enquête pour connaître le meurtrier, mais c’est qui ? Pour quel mobile ? L’idylle amoureuse va révéler de sombres histoires dans cette station balnéaire au cours de la saison. Je pense qu’on est bien accros avec Le Barbu ! 

L’autre série c’est 10 pour cent de C. Klapish. Elle passe chaque semaine sur France 2 et je la trouve assez sympa. Voir l’envers du décor dans ce monde de comédiens et du ciné est sympa. Et puis j’aime beaucoup Camille Cottin, je la trouve vraiment bien dans cette série. 

Question 5 : fais tu du sport ? Oui ? Non ? Si non pourquoi ? 

D’abord je tiens à faire remarquer qu’il y a 4 questions en une ! C’est pas du jeu ! Plus serieusement, j’ai fais beaucoup de sport étant jeune, jusqu’à devoir arrêter à cause d’un accident (sombre histoire de chute d’une poutre en pleine compétition régionale de gym. De muscle de l’haisne flingué. De repos obligatoire de longue date. Tout ça tout ça..). Aujourd’hui je ne fais pas de sport en club. Mais j’adore la randonnée en montagne l’été et la natation que je pratique ça et là dans l’année. Par contre je hais le jogging, donc vous ne me verrez jamais courir ! 

Question 6 : quel est ton objet fétiche ? 

J’en ai deux. Et ils sont aussi importants l’un que l’autre pour moi. Le premier c’est un petit diamant serti et monté en pendentif que ma maman m’a offert pour mes 23 ans. Je le porte autour du cou depuis sans jamais le quitter (sauf que je viens de péter la chaîne donc je ne le porte plus le temps de retrouver une jolie maille de chaîne en argent). Ma maman n’étant plus de ce monde, j’ai un peu l’impression de l’avoir avec moi tout le temps comme ça. 

Le second c’est ma bague de pacs. Offerte par mon Barbu, le l’adore (la bague hein car mon Barbu je l’aime). Fine et discrète, elle orne ma main depuis plusieurs années maintenant. 

Question 7 : quel est ton plus grand rêve ? 

Aller au Brésil ! J’aime tellement le pays et la culture que je rêve d’aller y passer un mois entier. Je nourris une passion folle pour les coutumes et musiques locales. Donc me retrouver sous le Corcovado à contempler la Baie de Rio serait énorme. Écouter de la bossa nova, manger du ceviche.. se sont des clichés mais j’adore ! 

Question 8 : quel est ton pire cauchemar ? 

Ne plus avoir de Earl Grey ? 😂 je n’ai pas de pire cauchemar, je suis une éternelle optimiste et fais mon maximum pour que les cauchemars n’entrent pas dans ma vie. 

Question 9 : as-tu une passion cachée ? 

Peut être pas cachée mais tout le monde ne le sait pas : j’aime les mugs ! J’en ai une bonne quinzaine à la maison et si Le Barbu ne me freinait pas j’en aurais bien plus encore.

Question 10 : quel est ton péché mignon ? 

Trop facile ! La fleur d’oranger ❤️. En parfum, en crème, dans les desserts, les sirops, j’aime la fleur d’oranger sous toutes ses formes.

Question 11 : si tu devais faire 3 vœux auprès d’un génie ? 

Vœu numéro 1, faire revenir ma Maman et ma grand mère une journee à mes côtés pour les serrer dans mes bras. Leur dire que tout va bien et que l’on tient les promesses qu’on leur avait faites. Et puis leur présenter bébé une fois qu’il sera né. 

Voeu numéro 2 : avoir un grand appart ou une maison proche du canal saint Martin dans le 10ème arrondissement, ou dans le 18ème avec vue sur le sacré cœur de Montmartre. 

Vœu numéro 3 : emmener ma famille et mes amis avec nous au Brésil pendant un mois. 

            ********************** 

S’en est terminé des confidences pour moi. J’espère que cela vous fera sourire, ou à défaut, vous aura permis de me connaître un peu mieux. 

A mon tour maintenant de nommer 11 blogs que j’apprécie et de poser mes questions (je pense que c’est la partie que je préfère le plus) 

J’ai le plaisir de nommer : 

Sans lait et sans gluten 

poligom

–  chinoiseries de Paris 

la tete dans les idees 

vert cerise 

orange verte vintage 

Hello vintage 

place Colette

milk with mint

Annouchka

chou fleur la jolie paillette 

           ***************************

Et voici mes questions :

1- quel est le concept de ton blog ?

2- si tu devais te décrire en 3 adjectifs, ce serait quoi ?

3 – quelle est la pièce déco favorite chez toi ?

4- on t’offre le voyage de tes rêves, où vas-tu ?

5- quel est l’album de musique le plus honteux pour toi ? (Celui que tu planques dans un coin) 

6- quelle est l’unique chose que tu as toujours avec toi ?

7- quel est ton plat préféré ? 

8- quelle est ta Madeleine de Proust?

9- quand tu étais petite, que voulais tu faire dans la vie ? 

10 – plutôt mer ou montagne ? 

11 – peux tu nous raconter ta plus belle rencontre grâce à ton blog ? 

J’ai déjà hate de me balader sur tous ces blogs – que je fréquente déjà – pour lire les réponses aux questions et en savoir plus sur les talentueuses rédactrices ! 

Bisous 
  

Les différences homme – femme 

Quand tu discutes d’électroménager avec un pote

Lui : « c’est sympa les grands frigos »

Moi : « c’est clair, ca t’évite de faire les courses 3 fois par semaine »

Lui : « hum. Je pense plutôt à la quantité de bières fraîches que tu peux ranger dedans »

Moi, amusée : « hahaha, oui, ça dépend des clayettes qu’il y a dedans » 

Lui, songeur : « heu.. C’est quoi les clayettes ? »

Moi : « hahaha, les étagères si tu préfères !  »

Lui : « arf, ça c’est pas important. Tant que ça tient ! »

Lui, quelques secondes plus tard : « de toute façon, le plus important pour moi c’est l’espace, j’ai besoin d’espace, comme dans une voiture. Voila, un bon frigo c’est comme une bonne voiture ; il faut qu’il y ait de l’espace » 

Autant vous dire qu’on ne s’est pas lancés pas dans le débat de la consommation énergétique et des fonctionnalités offertes par le frigo .. c’était inutile … mais drôle !