idésordre

La transformation #1 (ta table de nuit)

Waou ! Déja plus de 10 jours que je ne suis pas venue par ici pour publier un article … comme le temps passe vite…

Il faut dire que depuis que mon petit bonhomme est entré dans ma vie, je passe le plus clair de mon temps à ses côtés. Alors OK, les phases d’éveil ne sont pas encore bien longues, une heure tout au plus entre chaque biberon-sieste mais qu’importe, quand il est éveillé je lui fais des câlins, on s’amuse avec le tapis d’éveil, on découvre (pour lui) et redécouvre (pour moi) le monde qui nous entoure.

J’ai décidé de créer ce nouveau type d’article car justement, depuis qu’il est là, beaucoup de choses se sont transformées, ont mutées, logique, un enfant change beaucoup de choses dans son quotidien. Il y a donc un petit « #1 » car beaucoup d’autres suivront je pense.

L’objet de ce premier opus c’est ma table de nuit.

Avant, sur ma table de nuit on trouvait souvent

  • un bon livre en cours de lecture,
  • mon pot de crème pour les mains afin de réaliser mon rituel hydratation des mimines chaque soir avant de dormir,
  • mes écouteurs pour les soirs où le sommeil tardait à venir et où j’invoquais l’aide suprême et puissamment efficace de la musique, et puis une bouteille d’eau.

Donc globalement, on pouvait résolument penser que tout ce qui s’y trouvait était utile et « normal ».

idésordre

A présent c’est une autre histoire. En plus de toutes les choses précédentes (que je n’utilise que peu ou plus d’ailleurs), se sont greffées ;

  • la petite station de surveillance du babyphone (et oui j’ai cédé à l’appel du Big Brother spécial-parent-over-paniqué-de-laisser-son-enfant-seul-sans-surveillance-dans-son-lit-la-nuit)(on ne se moque pas hein !),
  • mais aussi le chargeur de cette station (hors de question que la bête tombe en panne en pleine nuit),
  • une sorte de « bar à biberons » avec un biberon dans lequel il y a de l’eau, un autre propre dans le cas où il faille faire un biberon express de nuit,
  • une boite doseuse avec du lait en poudre dedans,
  • et plus récemment aussi, le mouche bébé avec des petites fioles de sérum phy car bébé est un peu pris du nez en ce moment (bah oui avec ces saloperies de températures qui changent tout le temps aussi !)
  • ajoutez à cela un lange et un bavoir pour éponger les petits bavouillis pendant le biberon
  • le flacon pompe de liniment
  • une couche
  • des carrés de coton pour les changes de bon matin..

et vous avez à peu près tout ce qui constitue le joyeux bordel qu’est devenue ma table de nuit depuis 2 mois maintenant 🙂 (non cette photo n’est pas celle de ma table de nuit – je vous épargnerais cette souffrance pour les yeux – je l’ai topé sur le net et je trouvais qu’elle représentais pas mal l’objet de l’article).

table de chevet

Bref, ma vie, mon œuvre … ma table de nuit, cette nouvelle œuvre d’art pleine de désordre auquel je me suis tellement habituée (éclats de rire)

 

6a0105358bb421970c01287712d882970c

Le syndrome « Full time – No time »

Quand on me répétait sans cesse « profitez bien de vous deux » ou encore « Oulala, c’est pour bientôt, profitez de votre temps en amoureux ! », je dois avouer que je ne comprenais pas trop. C’est vrai, pourquoi profiter plus que d’habitude du Barbu ? Mon amour pour lui ne va pas changer. Je ne vois pas ce que l’on pourrait faire de plus pour profiter l’un de l’autre ..

Ça, c’était le type de réflexions que je me faisais « avant ». Ça, c’est que je trouvais absurde avant que Babynou ne soit là. Ça, c’est exactement ce que je suis en train de piger maintenant.

C’est à dire que lorsque l’on est à la maternité, les journées passent vite et toutes les heures (ou presque) on voit un membre du staff (même la nuit !). Du coup on est chamboulé par cet emploi du temps chaotique qui veut que l’on ne vit que pour son nourrisson, mettant de côté sa propre récupération physique et morale. Qui veut que l’on met aussi un peu de côté l’amour et l’attention qu’on a pour le papa.

Déjà à la maternité, on commence à voir la couleur des jours prochains, comme un léger aperçu de ce que ta vie va devenir pour les prochaines semaines ; tu dois nourrir ton petit toutes les 5 heures, quitte à le réveiller au beau milieu de la nuit et à galérer pour le rendormir ensuite, tu lui fais la toilette et les soins quand l’auxiliaire puériculture passe dans ta chambre.. dommage, ton plateau de petit déjeuner arrive en même temps. Tant pis pour lui ! Bébé passe avant tout, et c’est pas grave si tu es bord de l’évanouissement.. Tu dois sortir de ton sommeil en pleine nuit (alors que celui-ci se fait rare et salvateur) pour qu’une espèce de conna*** vienne faire un test auditif sur ton bébé à 2h du mat’ (et au final te dire que ça marche pas et qu’elle reviendra le lendemain !)

Lorsque j’étais à la maternité, et bien que très bien entourée et accompagnée, je n’avais qu’une hâte : rentrer chez nous avec le Barbu et Babynou. Retrouver mes repères, mon confort, mon lit, ma douche et pouvoir manger ce dont j’ai envie aussi (fuck off les plateaux repas gluten free dégueulasses élaborés par la diététicienne du service !)

Mais ça c’était sans compter sur le syndrome du « full Time – no Time ».

Explications.

Full Time car en temps que jeune parent, tu balises à mort et tu passes tout ton temps avec bébé. Il dort ? C’est pas grave je préfère rester quand même à côté de lui au cas où. L’un des parents donne le bib’ ? ok je reste à côté des fois qu’il ait besoin d’un truc. Babynou est éveillé mais calme ? Super mais je m’assois en face de lui et scrute le moindre signe inquiétant, on sait jamais. Être omniprésente. tout le temps, sans répit. Trop d’angoisses et d’inquiétudes pour le laisser une seule seconde (même quand l’autre parent est là. D’ailleurs il est dans le même cas que toi). Envie d’aller faire pipi ? Haha, la blague, il va falloir le laisser quelques secondes pour courir aux wc, faire ce que tu as à faire et à moitié t’arracher les muqueuses tant tu t’essuies vite. Ensuite tu cours encore puisqu’il faut aller se laver les mains, mais avant tu jettes un coup d’œil sur Babynou pour vérifier que tout roule. C’est la nuit et bébé dort tranquillement ? Bah toi tu fermes pas l’œil car tu as peur qu’il ne respire plus ou pire ! Qu’il ait un renvoi et s’étouffe. Donc au final, tu profites pas vraiment du confort qu’offre ton lit.

Puis les jours passent et tu prends plus confiance en toi. Tu te rends compte que ce petit loup sait parfaitement te faire savoir qu’il a besoin de quelque chose. Que la nuit lorsqu’il dort, il dort. Qu’il est inutile de rester prostrée à côté de lui sans cesse. Que l’autre parent gère très bien et que tu peux t’absenter quelques instants.

Vient alors l’autre effet Kiss cool : le « no Time ». Alors là les amis, on rentre dans le côté sport de la maternité. Tes journées sont rythmées par la multitude de choses à faire pour ton bébé et le reste aussi. Tu es réveillée par Babynou, tu changes sa couche, tu lui donnes le biberon, tu le câlines, il se rendort. Tu en profites pour avaler en speed ton petit dej’ qui de toute manière est devenu froid {note pour moi-même : arrêter de faire infuser mon thé lorsque je prépare le biberon en croyant naïvement que je pourrai le boire chaud !}{en plus il est bien trop infusé et pourrait réveiller un mort !}  Puis tu lances une machine pour que Babynou ait des bodys et pyjamas propres et doux. Tu checkes dans la chambre, il dort encore. Super ! Tu en profites pour faire les papiers de la secu/mutuelle/mairie/faire-part/etc.. (Ouai ouais, c’est sympa ça aussi, le côté administratif de la grossesse, je pourrai vous en reparler !). Tu étends ton linge. Quelques heures se sont écoulées et Babynou réclame le biberon. Re biberon. Re couche. Encore plein de câlins et de bisous. Il se rendort encore. Tu files sous la douche en réalisant l’exploit fou de te laver-sécher-habiller en moins de 10 minutes. On repassera pour profiter du confort de sa salle de bain.

Et c’est comme ça toute la journée, jusqu’au soir venu où ta moitié rentre du boulot et prend le relais. Mais là encore il faut préparer le diner, et surtout, réussir à ne pas engloutir son assiette en 3 minutes top chrono pour cause de Babynou qui pleure dans sa chambre et a décidé de ne pas dormir. Diner en amoureux est donc devenu un petit fantasme pour le Barbu et moi 🙂

Et je ne vous parle pas des jours où il y a des rendez vous chez le Pediatre/sage femme/osteo, parce que c’est encore plus sport !

Finalement les journées passent à une vitesse folle, tu n’as pas une minute à toi, tu fatigues vite, tu es un peu à fleur de peau, tu fais ton maximum pour que tout roule mais au détriment de ta propre fatigue .. tu es devenue maman en fait. Avec les inquiétudes et les aléas que cela engendre.

A côté de ces petits tracas,  ces syndromes s’accompagnent aussi de choses merveilleuses : tu profites de chaque moment d’éveil avec ton petit bout. Tu lui fais des sourires et des bisous à n’en plus finir. Tu te sens l’âme d’un gladiateur prêt à tout pour défendre son tout petit quand tu l’as dans les bras. Tu oublies ta fatigue, ton stress et le temps qui passe lorsqu’il est avec toi. Tu te perds dans ses yeux. Tu admires ses petites mains. Tu inspires à plein poumons son odeur quand tu lui fais un câlins. Tu t’émerveilles encore que ce petit être soit le plus beau résultat génétique de l’amour qui existe entre toi et ton amoureux.

Donc oui, les premières semaines on est ko. Oui, prendre ses marques demande un peu de temps et beaucoup d’organisation. Oui, notre vie a changé. Oui oui oui ! Mais pour rien au monde nous ne voudrions changer les choses ou revenir en arrière. On finira bien par trouvr le temps de reprendre des bains et diner en amoureux, et tout ça en gérant d’une main de maître notre vie de parents, et avec tout l’amour et l’attention dont Babynou a besoin.

Bon weekend 🙂

Mains

I’m back !

Salut la compagnie, me revoici parmi vous après plusieurs jours de pause absolument indispensable, et pour cause, avec le Barbu nous avons enfin accueilli notre petit bonhomme !

Voila maintenant deux semaines que Babynou est entré dans notre vie et avec lui le bouleversement de la vie de parents.

Vous imaginez bien que pour le moment, nous essayons de nous caler à lui {ou lui à nous, ça dépend}, de trouver un nouveau rythme de vie à trois, de débuter au mieux notre nouvelle vie tous ensemble et de peaufiner ce statut tout neuf dont tous nos amis nous gratifie : le statut de « Parent »

Ai-je vraiment besoin de vous dire que depuis ces quinze derniers jours notre coeur est joie, amour et pure tendresse ? Non, vous vous en doutez. Vous dire aussi que ce petit bout nous émerveille à chaque instant tant ses mimiques et petites moues sont extraordinairement émouvantes, qu’il est devenu notre Roi à la seconde où nous l’avons rencontré , qu’il change si vite que ça en est complètement fou ?! Non. Tout ça aussi vous pouvez aisément l’imaginer.

Ce qui est sûr aussi, c’est que je comprends enfin ce sentiment indescriptible dont toutes mes copines m’ont parlé pendant ma grossesse ; cet amour intense et infini ressenti dès les premières secondes de vie de son enfant. Ce sentiment profond et gigantesque de protection envers son tout petit. Ce bouleversement émotionnel rare qui balaie tout sur son passage, rare puisque ressenti pour la première fois dans ma vie, rare aussi car je pense qu’on ne ressent ça qu’a l’occasion de la naissance de ses enfants.

On m’avait dit « quand tu le vivras, tout « ça »,  tu le comprendras » .. comme ces personnes avaient raison ! Je sais à présent, je comprends, je le vis moi aussi.

Voila, moi c’est Chrys et je suis devenue maman, le plus beau rôle de ma vie.

Mains

Bises les amis

panier osier

Les vieilleries #2

Aaaaah les vieilleries ! Elles sont à nouveau de retour par ici (pour mon plus grand bonheur).

Comme vous le savez, j’aime les vieux objets, ceux qui ont déjà vécu et à qui j’essaie d’offrir une seconde vie en intégrant ma vie. Jusqu’ici, je vous ai pas mal fait partager mon amour pour les petits meubles anciens à retaper, pour la vaisselle vintage que j’adore {nan mais vereco quoi les gars! les lignes et les couleurs de cette vaisselle étaient justes démentes !}, parfois aussi pour les chaussures et accessoires complètement patinés par le temps … mais je ne pense pas vous avoir parlé de mon amour pour les jouets anciens.

Quand je dis anciens, comprenez ceux de notre enfance, et plus exactement de MON enfance. Je ne sais pas si l’on peut réellement les qualifier de « vintage » puisque je suis un enfant des années 80, et cela fait donc « seulement » une trentaine d’années que ces jouets existent. Bien que ces fameux jouets soient actuellement réédités par les marques et donc trouvables un peu partout dans les enseignes spécialisées, lorsqu’il s’agit de mettre la main sur ceux de l’époque, les vrais, ceux qui sont dans leur jus .. alors là, ça devient beaucoup moins simple.

C’est à dire que les marques « Fisher Price », « Educalux », « Vulli » et « Nathan » sont ultra prisées depuis plusieurs mois et les prix sont souvent effarants . Sans déconner, tapez donc le simple nom de l’une d’entre elles dans les barres de recherche Ebay, ajoutez le mot « ancien » ou « vintage » à côté et essuyez vos larmes les amis ! J’ai personnellement failli avoir bon nombre d’attaques cardiaques en voyant les prix demandés pour certaines pièces, qui plus est lorsqu’elles étaient en mauvais état..

Croyez-moi, j’en ai passé du temps sur ebay, sur le bon coin, dans les brocantes, à scruter minutieusement chaque recoin jusqu’à tomber sur ces merveilles qui ont tant égayé mes jeunes années. Et surtout, merveilles proposées à des prix raisonnables. Mais alors vous allez vous demander « Ok, elle cherche des jouets de son enfance mais … elle est pas un peu âgée pour jouer avec maintenant ?! ». Et bien justement, ces petits jouets, je les cherche avant tout pour me faire plaisir, mais surtout parce que j’aimerais que notre Babyboy puisse à son tour s’amuser avec et connaître les mêmes heures heureuses que moi 🙂

En fait je ne me suis même pas vraiment posé la question, quand j’ai appris que j’étais enceinte et que je pensais à ce petit bonhomme, assez naturellement je me suis dit que, quitte à voir des jouets partout joncher le sol de sa chambre – au risque de nous faire trébucher  – et bien je voudrais en voir des anciens ET des plus récents. Zéro concertation avec moi-même sur ce point. Question de feeling. D’envie. Simplement.

Voici donc en quelques photos mes trouvailles accumulées au fil des 8 derniers mois

FP1    FP2

FP3

FP4

Et puis en plus des jouets, il y aussi les livres. Étant une lectrice régulière (romans, magazines, web), j’envisage difficilement que mon fils ne soit pas lui aussi un futur « rat de bibliothèque ». Mais avant d’en arriver là, il aura la joie de se faire conter bons nombres d’histoires par son papa et sa maman. D’où la petite collection de livres anciens, qui seront probablement rejoints dans les mois à venir par de nouveaux ouvrages ..

les petits livres

les roulettes    livre virgile

livre animaux   petit ourson

Je vous passe la joie ressentie à chacune de ces trouvailles, le plaisir de les découvrir, les ouvrir, les nettoyer avec grand soin, les sécher et puis finir par les stocker dans la chambre de bébé en attendant d’être un jour utilisées. Cette démarche est quelque peu régressive mais tellement jouissive au fur et à mesure que le panier en osier utilisé en guise de bac à jouet se remplit.

Décidément, le vintage & moi c’est une grande histoire .. (d’amour bien entendu)

Nouvelle Année 2016

Très Belle Année !

Mes petits chatons,

je reviens rapidement sur le blog pour vous souhaiter à toutes et tous une belle année 2016.

J’espère qu’elle saura vous apporter tout ce que vous en attendez, et bien plus encore !

Ici on a appuyé sur « pause » depuis le Réveillon de Noël et on profite de ces quelques jours de vacances avec Le Barbu. Entre bons repas, balades, petits travaux dans l’appart et gros goûters improvisés, les jours passent paisiblement et nous font fortement apprécier cette période de fêtes de fin d’année.

Je vous donne rendez-vous lundi pour la reprise des articles, qui seront variés et prolongeront – je l’espère – la magie de Noël .. d’ici là profitez bien, reposez-vous, boulottez encore un peu à base de chocolats chauds ou tout autre plaisir sucré, et surtout, surtout, prenez du temps pour vous et prenez soin de vous.

Non Merci Madame revient vite et fera son maximum pour vous embarquer dans une spirale de bonne humeur et de gaieté pour cette nouvelle année à vos côtés.

Je vous embrasse

2016

Non Merci Madame .. en version « mini »

 

La vie est faite de bonnes surprises et de choses que l’on attend depuis longtemps. 

Aujourd’hui un article un peu spécial puisqu’aujourd’hui j’ai le plaisir de vous annoncer une formidable nouvelle : j’attends un bébé. 
J’ai pris soin de patienter que le premier trimestre soit derrière moi avant d’annoncer cette nouvelle ici et auprès de tous mes amis {bien évidemment, les parents et amis proches ont été mis au courant il y a déjà un petit moment}. 

Avec le Barbu nous nous préparons à la plus belle expérience de notre vie. Depuis que nous avons appris la nouvelle c’est comme si tout était devenu plus beau, plus fort, comme si nous avions des étoiles dans les yeux et des petits vélos dans la tête ! 

Ce qui est marrant c’est que la majeure partie de mes copines sont déjà mamans et connaissent bien ce sentiment si particulier que l’on ressent lorsqu’on est enceinte. Se rendre compte qu’un petit être grandit en soi. Sentir que son corps évolue et s’adapte. Commencer à prendre conscience que dans quelques mois bébé sera là…  L’aimer déjà si fort… 

Si je devais rapidement vous conter cette grossesse sur les premiers mois écoulés, je résumerai en 15 points  : 

  • 1 – être bouleversée en voyant le test de grossesse et la prise de sang afficher un résultat positif 

2 – être émue comme rarement dans sa vie en se disant que ça y’ est, notre tour est venu 

  • 3 – se casser la tête pour trouver des moyens originaux d’annoncer la nouvelle à sa famille (bonus : pleurer plus qu’il n’en faut en voyant ses proches aussi émus que soi)

4 – supporter les premiers symptômes de la grossesse : vomissements, nausées, maux de tête, fatigue extrême, sautes d’humeur, etc.. 

  • 5 – voir son corps qui change chaque semaine jusqu’à commencer à afficher les premières rondeurs 

6 – faire la 1ère échographie (que l’on appelle « de datation ») et voir cette crevette d’amour pour la première fois. 

  • 7 – essayer de ne pas chialer en voyant la petite crevette d’amour.

8 – essayer de ne pas chialer bis en entendant son petit cœur battre aussi vite.

  • 9 – rencontrer sa sage femme et partager avec elle tout ce que l’on ressent, la questionner, tisser avec elle un lien si fort qu’elle pourrait en devenir ta meilleure amie 

10 – adapter sa vie et son mode de fonctionnement en fonction de bébé, en étant pleinement épanouie ou en vivant parfois aussi des petites complications. 

  • 11 – se rendre à la pharmacie pour acheter des crèmes « anti-vergetures » car l’huile végétale ne suffira apparemment pas .. 

12 – te rendre compte que la pièce que tu fréquentes le plus dans ton appart est sans conteste les wc ! (Option mini vessie) 

  • 13 – commencer à penser aux changements qu’il va falloir mettre en œuvre dans la future chambre de bébé. 

14 – acheter tes premiers vêtements de grossesse car de toute évidence, tes jolies robes cintrées et chemisiers prêt du corps sont définitivement trop justes pour toi et vont donc être relayés sous compactor pour les mois à venir.

  • 15 – commencer à vaguement penser aux prénoms qu’on aime bien avec Le Barbu (bonus : bébé refusant de montrer son sexe)  

  
Ce dont je suis certaine, c’est qu’attendre un enfant de l’homme qu’on aime est la plus merveilleuse des choses que j’ai connu jusqu’ici. Se dire chaque jour que ce petit être qui pousse à l’intérieur sera un mélange du Barbu et de moi m’émeut à chaque fois. Aura-t’il/elle ses yeux ? A qui ressemblera t’il/elle ? Se rend il/elle compte qu’on l’aime déjà infiniment ? 
Non Merci Madame attend un enfant et essaiera de vous faire partager cela à sa manière, avec humour et légèreté ! 

Je vous embrasse .. enfin non, « on » vous embrasse ❤️


Nous y sommes !

Le grand Jour est arrivé, celui de l’intronisation de Non Merci Madame sur les internets : www.nonmercimadame.com

A partir d’aujourd’hui, tu n’as plus besoin d’avoir l’appli Tumblr, ni même besoin de mots de passe {que l’on égare tous le temps en plus !}

Non.
Fini.
Terminé.

A partir d’aujourd’hui, tu as juste besoin de tes yeux, de ta bonne humeur, et du support de ton choix : smartphone, pc, tablette, etc..

Comme dans tous déménagement, il reste encore de la déco à mettre en place (cf : les nouveaux modules qui vont arriver au fur et à mesure), les derniers cartons à vider (cf : les articles qu’il reste encore à classer), le nom à mettre sur la sonnette d’entrée (cf : le nouveau logo en cours de préparation), et puis surtout, il reste la pendaison de crémaillère à faire ! Et pour ça, je vais avoir besoin de vous, de vos commentaires, de votre bonne humeur, de vos emoticones.

Non Merci Madame se veut résolument plus interactif, avec la possibilité à présent de laisser vos commentaires pour chaque article, avec des jeu-concours qui vont bientôt commencer, avec de la musique que l’on peut écouter directement depuis la rubrique associée, et tant de choses encore !

Vous dire que je suis epuisee-stressee-enjouee-anxieuse-excitee n’est rien quant à ce qui ce passe dans ma tête, là, tout de suite maintenant..

Alors avant de vous laisser découvrir tout ça, j’ai plusieurs gigantesques BIG UP à passer : à mon webmaster en titre, qui n’est autre que ma meilleure amie, et sans qui rien de tout cela ne serait possible {toi même tu sais que je t’❤️}, à mes proches qui ont été d’une patience et d’une compréhension à toute épreuve lorsque je passais des heures entières scotchées à mon écran, de jour comme de nuit, à toutes celles et ceux qui ont fait ou me font encore des remarques constructives pour faire avancer NMM .. BIG UP FOR ALL !

J’espère que cette nouvelle version vous plaira, en tous cas je croise les doigts.

Chrys

Les jolis carnets

“waouuuu”
“Hannnnn”
“Gniiiii”

Je vous entends glousser de joie à la vue de ces jolis carnets à idées, dont la couv´’ affiche clairement la couleur 😄.

Cette papeterie se trouve actuellement chez Monoprix et ne coûte presque rien du tout.

Bon lundi ✨

Dans la tête d’une fille .. qui va bientôt avoir 30 ans

Nous y sommes.
Dans quelques jours je passe le cap, celui de la trentaine.

Celui qui fait que tes parents s’autorisent toutes sortes de remarques à propos de “ta descendance” sous prétexte que, ça y’est, tu as l’âge pour procréer, ça y’est tu as l’âge pour être responsable d’autres personnes que toi-même.

Celui qui fait aussi que tes collègues vont s’octroyer le droit de t’affubler de sobriquets tels que “ma grande” ou encore en riant bêtement “alors, la vieille ?”, etc.. Etc.. La liste pourrait être longue.

J’ai tant de fois accompagné mes copains et copines dans le passage de ce cap que je dois avouer que cela ne me fait plus rien finalement.

Ok. Je vais avoir 30 ans, et après ?

Cela n’empêchera en rien mes petits coups de folie, mes pétages de câble dignes des plus grandes fêlées de la Terre entière, mes coups de gueule, mes pseudo crises d’ado (quand j’ai décidé que dans ma tête j’aurai 20 ans), etc.. Etc..

Pour autant, je pense que mes humeurs resteront semblables, que mes envies évolueront certainement, que mon esprit s’apaisera probablement, que mes idées s’amélioreront sûrement, mais qu’au final, je resterai la même.

Ce qui est sûr aussi c’est que les réductions “jeunes” seront finies pour moi, que mes premières petites rides d’expression (celles qui sont arrivées parce que “je ris trop” dixit ma dermato) me trahiront plus facilement et qu’on m’appellera plus rarement “mademoiselle”. Heureusement rien n’est grave, au contraire, une nouvelle décennie s’annonce !

Le compte à rebours est lancé..

Quelle était cette phrase si appropriée et tirée d’une célèbre fable au fait ? .. Ah oui !

“Vous chantiez .. Et bien dansez maintenant !”