IMG_5185-0

Tea crush 

Vous connaissez ma passion pour le thé ? 

Vous connaissez ma passion pour les marinières ? 

Vous connaissez ma passion pour les mugs ?

.. alors comment vous dire.. cette collection spéciale Jean Paul Gauthier pour Kusmi Tea me rend folle d’amour depuis que j’ai vu les visuels ❤️❤️❤️

C’est en ce moment en magasin et je prie pour ne pas croiser l’enseigne sur mon chemin sinon je crains de faire un malheur ! 😬

   
    
 
Crédit photo : Kusmi Tea officiel 

Mélanger les genres (#baby project)

Décidément, cette grossesse réserve des surprises même dans les tâches ménagères les plus basiques. 

Ce matin en préparant mon sacro-saint tri de linge à laver {oui mesdames messieurs, je sépare le blanc des couleurs vives ainsi que le noir. Non je ne crois pas aux pubs vantant les qualités de leurs produits magiques qui « séparent les couleurs » tout seul !}{cette précision faite, nous pouvons poursuivre} je suis tombée en émoi face à cette pile de vêtements. 

Non pas que des vêtements sales m’émeuvent particulièrement, mais il se trouve que ce matin, j’avais sous les yeux la chemise du Barbu, de taille adulte donc, et dessus, un petit body de bébé. Si petit. Si minuscule presque. Cette vision m’a littéralement attendrie au point d’en avoir presque les larmes aux yeux. Car même si en ce moment je peux chialer pour pas grand chose – la faute aux hormones je présume – cette fois-ci c’est simplement le fait de me rendre compte de cette différence. 

Ce gap entre les tailles. Ce mélange des genres. Grand versus petit. 

Me rendre compte que dans notre panier à linge il y avait désormais de tout petits vêtements. Me rendre compte que dans quelques mois un petit bonhomme entrera dans notre vie. M’imaginer que dans quelques mois aussi, j’en aurais certainement marre de tous ces petits bodys à laver sans cesse. Mais que dans la seconde qui suit, je sourirais probablement bêtement en voyant ces mêmes bodys. 

 

Il y a une autre évidence aussi qui m’est venue à l’esprit : quand se sont TES vêtements, sous entendu ceux de ton enfant, ce n’est pas du tout le même sentiment que lorsque tu en offres à tes amis pour leurs chères petites têtes blondes. Évidemment tu te mets en quête de l’ensemble le plus choupi de la terre lorsque tu leur fais ce cadeau. Mais ce n’est pas le même sentiment. Lorsque tu achètes un vêtement pour ton bébé, il se trame un truc spécial dans ta tete ; un mélange de joie immense et d’amour intense. Tu regardes, tu touches, tu juges, tu examines sous toutes les coutures l’objet en essayant d’imaginer bébé dedans. 
 

Et puis finalement tu en viens à te perdre dans l’imaginaire. À penser à ce petit bonhomme avec son papa, à ce qu’il sera, ce qu’il aimera ou n’aimera pas. Ca, tu n’y songes même pas quand c’est pour l’enfant de tes amis. Mais pour le tien, si. 

Et tout ça juste à la vue d’un petit body tout mignon, tout petit. 

C’est bien le mélange des genres. C’est beau. Ça fait un bien fou à l’esprit et au coeur. Et j’imagine que ce n’est que le début … car des petits vêtements il en reste encore pas mal à t’acheter petit bébé ❤️.  

  

IMG_4956

Ces petites choses qui me font fondre (#babyproject) 

Le Barbu et moi c’est une belle histoire d’amour qui dure depuis plusieurs années maintenant. Lorsque je repense à nos débuts, à cette tempête sentimentale qui a tout balayé avec elle, je suis toujours aussi émue. Jamais je n’aurais cru aimer aussi fort quelqu’un sur Terre en dehors de ma famille. Jamais je n’aurais pensé que ce que ma mère m’avait dit se révélerait un jour être une réalité : 

« lorsque tu rencontreras l’homme de ta vie, tu le sauras parce que tout en toi changera. Tout en toi te fera comprendre que c’est avec lui que ta vie s’écrira. Il sera le bon. Celui qui t’emmenera à l’église et avec qui tu voudras avoir des enfants. Ce jour-là, tu sauras, ne t’en fais pas ». 

Elle avait raison. J’ai su. Et depuis je suis devenue la moitié du Barbu. Des moments forts nous en avons connu beaucoup, mais certainement pas aussi beaux qu’en ce moment, certainement pas aussi bouleversants que ceux que nous vivrons dans quelques mois.. Depuis que nous attendons notre premier enfant, un sentiment tout neuf et tout particulier dans la catégorie « amour » nous envahit. Les choses les plus insignifiantes deviennent d’un seul coup sublimes. Comme si elles étaient enveloppées d’un gros nuage rose tout doux. 

  • Lorsqu’il rentre tous les soirs et vient me faire un bisou immédiatement suivi d’un doux baiser sur le ventre pour dire bonjour à bébé 
  • Quand il installe mon coussin de grossesse sur le canapé car il sait que cela va soulager mon dos 
  • Qu’il me laisse dormir le dimanche matin pour filer au marché et me ramener plein de clémentines et des fleurs 
  • Lorsqu’il regarde mon ventre et me dit que je suis belle enceinte 
  • Quand sa main chaude vient naturellement se poser sur mon ventre pour que bébé puisse sentir son papa 
  • Qu’il s’enthousiasme autant que moi à la vue d’un body taille naissance 
  • Quand il parle de la future poussette de bébé à grand renfort de résultats et d’études de sécurité à l’appui 
  • Lorsqu’il sourit en disant « notre enfant » 
  • Quand il écrit « mes amours » sur ses sms
  • … 

Oui, tant de petites choses me font littéralement fondre ! La liste est exhaustive car il me surprend chaque jour avec de nouveaux trucs qui me font sourire autant qu’ils me bouleversent. 
Alors je sais bien qu’en ce moment mes hormones sont à fleur de peau et parlent pour moi, mais ces choses-là, croyez-moi, hormones ou pas, elles vous embaument des pieds à la tete et vous font aimer encore plus fort votre moitié. 

  

Sezane ❤️❤️

Pow-pow-pow !!

A peine rentrée au bercail que ma boite mail me rappelle déjà à des désirs modesques avec les visuels de la nouvelle collection de chez “Sézane”.

Ceci n’est qu’un faible échantillon des pièces 100% désirables aperçues en ligne, de ces pièces qui, on le rappelle, sont estampillées “cocorico” (made in France quoi), et sont exclusivement vendues en ligne.

Sézane, i still Love you ❤️

Ce weekend on a ..

Ce weekend était plein de bonnes ondes positives et fun !

Chez NMM on a déjà lancé les festivités avant le coup d’envoi des fêtes de fin d’année prévu dans quelque jours à peine.

Mais qu’à t’on fait de beau ce weekend au juste ? Et bien on a :

– profité de sa meilleure copine pendant 2 jours plein (❤️),

– dégusté un croque monsieur gluten free absolument succulent dans un nouveau resto (à suivre..),

– eu le plaisir de découvrir que le père Noël était passé dans la boîte aux lettres plus tôt que prévu (#love-you-petit-papa-Noël)

– essayé de faire une sieste sans succès (arf.. Suis définitivement pas faite pour ca),

– bougé son corps et aéré son esprit sur l’un des meilleurs set electro qu’il m’ait été donné d’écouter,

– bu quelques shots de tequila sans même avoir mal au cœur ou au crâne le lendemain,

– constaté que l’on tenait encore bien la route en club et ce jusqu’à 4h du mat (#youpi-joie-dans-ta-vie)

– et puis dimanche on a préparé un graaaaaand goûter de Noël à base de muffins au chocolat, de clémentines et de thé homemade 😊

Et puis s’en fut terminé de ce weekend particulièrement sympathique.. Et dire que Noël pointe le bout de son nez dans 4 jours et que ce post “weekend” est déjà l’avant-dernier de l’année !

Bonne semaine à tous ✨

Les copines

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé voir dans la rue des groupes de filles, des binômes de progestérone complices, riant ensemble à gorges déployées ou encore observer des nanas consoler avec la plus grande bienveillance du monde leurs copines en larmes.

Voilà j’aime voir des groupes de copines.

Quand on est petite, on ne comprend pas ces choses-là. On a des potes de classe certes, mais on ne mesure pas à quel point nos copines “de quand on sera plus grandes” vont devenir importantes dans nos vies. C’est vrai, à l’école primaire on joue avec les filles qu’on aime bien, au collège on copine avec des filles qui ont plus ou moins les mêmes façons de fonctionner que nous, au lycée on découvre que les copines du collège ne sont pas forcément des filles qui ne nous veulent que du bien et affûtons nos baromètres amicaux pour ne retenir que les meilleures des meilleures…

Mais qu’en est-il lorsque l’on est adultes ?

Quand on devient grand, que nos émotions sont démultipliées à l’infini pour faire de nous ce que nous sommes aujourd’hui, comment elles sont nos copines à cet âge là ?

Et bien elles sont un peu un morceau de nous caché quelque part, un morceau de notre vie directement attaché au cœur. Elles sont une oreille attentive, un réconfort nécessaire quand ça ne va pas, elles deviennent les seuls êtres humains que l’on tolère dans notre espace vital quand on est au fond du gouffre.

Elles sont comme nos sœurs, puisqu’elles bénéficient de toutes nos confidences, nos doutes, nos peurs, et nos joies. Elles vivent à travers nous et l’on vit à travers elles. Grâce à elles.

Il y a celles qui sont là depuis toujours, qui connaissent nos moindres travers et décortiquent parfaitement nos émotions tant elles nous connaissent sur le bout des doigts.

Il y a les “nouvelles” que l’on ne connaît que depuis quelques années, trois années tout au plus, mais qui comptent déjà beaucoup pour nous, parce que ces quelques années passées avec elles sont riches et intenses.

Il y a celles qui étaient en première ligne, y compris dans les pires moments de nos vies, et qui se sont éloignées ou ont disparu pour d’obscures raisons. Elles ne le savent peut être pas mais celles-là nous manquent énormément.

Et puis il y a les “surprises”, les copines qu’on s’est faites un peu par hasard, alors qu’on ne s’y attendais pas et qui nous font un bien fou quand on les voit.

Mes copines, toutes catégories confondues, je les compte sur les doigts de la main, elles sont une partie de moi, elles me révèlent à moi-même. Elles me font rire ou pleurer pour peu de choses, m’émeuvent en un regard, m’attendrissent avec quelques mots, mais surtout elles me font vivre !

Elles se reconnaîtront dans cet article et comprendront qu’il s’agit là d’une preuve d’amour que de parler d’elles ainsi sans même avoir à les nommer.

Merci les filles.
Je vous adore, je vous kiffe, je vous love (ashtag cœur dans les yeux et larmes au coin de l’œil)

EPUUsez-moi..

“EPUUsez- moi !”

Fan.
Je suis juste fan.
Je suis juste complètement fan des créations de EPUU et de ses petites merveilles colorées à souhait, graphiques et si chic !

La légèreté, la poésie et légèreté de ses bijoux sont justes incroyablement dingues et me font dire que cette année, je vais faire en sorte qu’au pied du sapin se trouvent quelques une de ces beautés ❤️.

Je n’ai encore que très peu d’infos sur cette créatrice mais c’est promis, je vous en reparle très vite !

Shoes + vintage = love

Parce que je suis une fille, j’aime particulièrement les chaussures.

Oui mais pas n’importe quelles chaussures, celles que je trouve belles [bah oui normal quoi ! Aucun intérêt d’acheter des pompes qui ne me plaisent pas !], patinées, vieillies, un brin usées, bref celles qui ont une âme.

Même s’il m’arrive aussi d’acheter des paires de chaussures “neuves” dans un magasin, je fois bien avouer que chiner et dégoter des shoes vintage remporte de loin ma préférence.

C’est ainsi qu’il y a plusieurs années je tombe en amour pour une magnifique paire de bottines en cuir de couleur Bordeaux, fourrées et dans un état impeccable. Des bottines avec de vrais talons en bois comme à l’ancienne et une semelle si solide que je n’en reviens toujours pas. Et puis la ligne de ces chaussures.. Nan mais la ligne quoi !

Autant vous dire que je les chouchoute depuis leur acquisition et ne comprends toujours pas quel esprit tordu à bien pu un jour décider de s’en séparer..

Et bien figurez vous que le weekend dernier, par le plus grand des hasards, dans une brocante, trouvée elle aussi par hasard, je tombe nez-à-nez avec une paire de bottes en cuir. Camel, usées, sublimes, n’attendant que moi.

Je les essaie en fermant les yeux [comme pour me donner plus de chance qu’elles m’aillent tu sais]. Les enfile. Me relève. Elles me vont comme parfaitement. Je regarde dans le petit miroir de la brocanteuse. M’aperçois qu’on ne voit rien dans ce miroir. Je commence à jubiler. demande au Barbu et à la Minette ce qu’ils en pensent. Je vois l’acquiescement dans leur regard. Je vois mon reflet dans la vitrine d’un magasin. Elles sont absolument magnifiques. Euphorie. Joie dans mon corps et dans ma tête. Je les aime. Je les veux. Je les prends.

Coût de l’opération : 35€
Temps de décision : 1 minute 30
Verdict : grande satisfaction personnelle

Ce genre de coup (rare, il faut le souligner, dans la mesure où les pointures d’antan et celles de maintenant n’ont juste rien à voir because un 38 actuel peut se transformer en bon 39-40 vintage), et bien ce genre de coups là ne se produisent que quelque fois dans une vie de chineuse. Pour ma part c’est déjà le second et j’espère que la vie m’en réserve encore bien d’autre !

Vous comprenez mieux à présent l’équation : shoes + vintage = LOVE

Forcément, j’ai passé mon dimanche soir à les nettoyer, les nourrir et les bichonner pour qu’elles soient encore plus belles que lorsqu’elles m’ont tapé dans l’œil ..

Et vous le vintage, ça vous plait ?